×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Budget 2010
Investissements: Le taux d’absorption encore faible

Par L'Economiste | Edition N°:3138 Le 28/10/2009 | Partager

. La cadence portée à 20% en 2010. L’aide directe aux familles tripléeDANS sa présentation du projet de budget 2010 à la presse, Salaheddine Mezouar a insisté sur la consolidation de la solidarité et de la cohésion sociale qui se fera à travers plusieurs mécanismes. L’un d’eux porte sur un meilleur ciblage de la population défavorisée et une intensification des efforts au profit des zones rurales et montagneuses.Les crédits réservés au ciblage s’élèvent à 1,750 milliard de DH dont 950 millions de DH comme appui à l’accès à l’éducation. Ainsi, la distribution de 3,7 millions de cartables scolaires nécessite 510 millions de DH. L’octroi d’aides financières directes aux familles, connues sous le terme générique de «Taysir», absorbe 240 millions de DH. Cette opération a démarré cette année avec 80.000 bénéficiaires. En 2010, elle sera étendue à 280.000 personnes. A cela s’ajoutent 100 millions de DH pour la distribution des uniformes scolaires au profit de 750.000 élèves. Le même montant sera dédié au transport scolaire en milieu rural. Les 800 millions de DH restants iront à l’appui à l’accès aux soins dont 500 millions à la généralisation progressive du Ramed en dotations en médicaments au début de l’année prochaine. L’introduction de nouveaux vaccins au profit des 600.000 nouveaux-nés mobilisera 300 millions de DH. Pour le ministre, l’objectif est de réduire le taux de mortalité infantile à la naissance. Il s’agit d’améliorer les indicateurs pour que le Maroc puisse être au rendez-vous de 2015. L’INDH n’est pas en reste. Mezouar lui consacre 1,4 milliard de DH pour 2010, tout en lançant la réflexion pour lui donner une nouvelle impulsion.Mezouar est revenu sur la réforme de la Caisse de compensation qui bute sur trois difficultés. La première concerne le ciblage et la répartition des moyens. La deuxième porte sur les catégories sociales qui profitent de cette aide directe. «Avec la réforme, certains foyers n’auront plus droit aux avantages des subventions. Il s’agira de maintenir leur pouvoir d’achat», souligne le ministre en substance. Troisième difficulté: le secteur de transport. A ce niveau, la vérité des prix aura incontestablement une répercussion sur les tarifs du transport des citoyens. A rappeler que le budget prévoit 14 milliards de DH pour la compensation.Autre dossier abordé, le taux d’absorption des montants des investissements publics qui vont augmenter de 20% en 2010. La cadence des réalisations s’est améliorée de 23% entre fin septembre 2008 et le même mois de cette année. Mezouar impute cette performance à une équipe de travail rattachée au secrétaire général qui s’est penchée sur l’accélération des procédures d’exécution des budgets, particulièrement pour les ministères de l’Education nationale, la Santé et la Justice. A préciser que ce dernier secteur s’est vu alloué une enveloppe de 3,2 milliards de DH en 2010, soit une progression de 36%. Ce dispositif sera maintenu pour l’année prochaine. Ces départements ont des budgets importants et il faudra mettre en place tous les moyens nécessaires pour augmenter les capacités de réalisation.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc