×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Budget 2009
Le poids de la masse salariale

Par L'Economiste | Edition N°:2882 Le 16/10/2008 | Partager

. Elle grossit de 12,86% pour s’établir à 75,5 milliards de DH Le plan de rigueur de Abbas El Fassi n’y fera rien: les dépenses de fonctionnement continueront d’augmenter (+23,07%) pour s’établir à plus de 152,9 milliards de DH contre 124,2 milliards en 2008. Près de la moitié de ces montants est absorbée par la masse salariale qui atteint en 2009 plus de 75,5 milliards de DH, contre 66,9 milliards cette année, soit une progression de 12,86%. Malgré cette charge sur le budget, le gouvernement continue de recruter dans la fonction publique. Ainsi, le projet prévoit la création de 12.710 postes budgétaires dont l’essentiel ira à l’Education nationale, l’Intérieur, la Santé et la Justice. A cela, il faudra ajouter 2.000 postes budgétaires destinés à la titularisation du personnel temporaire permanent et occasionnel. Malgré cette contrainte, le gouvernement a tenu à augmenter l’investissement du budget général qui devra atteindre 44,8 milliards de DH en 2009, soit une progression de 24,26%. Quant à l’investissement public, il dépassera 132 milliards de DH, hors crédits reportés. Dans ce total, les établissements publics et le Fonds Hassan II pour le développement économique et social interviennent à hauteur de 83 milliards de DH. Comme chaque année, les collectivités locales prévoient d’investir 6 milliards de DH. Les dépenses de matériels et divers devront enregistrer une hausse de 24,9%: près de 25,2 milliards de DH en 2009 contre 20,1 milliards cette année.Les charges communes-fonctionnement n’échappent pas au trend haussier. Elles devront progresser de 44,68% par rapport à cette année, pour s’établir à 49,2 milliards de DH contre 34 milliards en 2009. Selon la note de présentation, ces crédits sont destinés essentiellement à couvrir les charges de compensation des prix des denrées de base et l’apurement des arriérés de la compensation des prix des produits pétroliers pour un montant de 35,12 milliards de DH contre 34 milliards en 2008 (dont 14 milliards de crédits supplémentaires ouverts par décret au courant de cette année) soit une hausse de 3,29%. Ces crédits servent également à financer la part patronale de l’Etat à la Caisse marocaine des retraites (CMR) pour une enveloppe globale de 10,87 milliards de DH. Quant aux dépenses imprévues, leur montant s’élève à 3 milliards de DH. Le poids de la dette est toujours important malgré les différentes initiatives prises pour en réduire la portée. Les crédits inscrits au titre du service de la dette publique (capital et intérêts) s’élèvent à 57,8 milliards de DH en 2009 contre 47,9 milliards de DH pour 2008, soit une hausse de 20,57%. Les charges de la dette extérieure représenteront un peu plus de 7 milliards de DH. La dette intérieure, elle, est en progression de 39,79% pour atteindre 50,7 milliards de DH.M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc