×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Budget 2007-2013: La recette Barroso

Par L'Economiste | Edition N°:2136 Le 24/10/2005 | Partager

. De nouvelles idées pour un compromisLa Commission européenne a avancé, jeudi 20 octobre, une semaine avant le sommet informel de Hampton Court (Royaume-Uni), de nouvelles idées pour parvenir à un compromis sur le budget européen 2007-2013, sur lequel les 25 avaient échoué à s’entendre lors de leur sommet de juin. Le Premier ministre britannique Tony Blair n’entend pas négocier le budget lors de ce sommet mais il a jugé possible un accord à la rencontre de décembre, se disant prêt à «faire personnellement tous les efforts» pour y parvenir. «Je comprends la décision britannique, mais on ne doit pas oublier cette question: il nous faut absolument un accord pour le mois de décembre», a martelé le président de la Commission José Manuel Durao Barroso. Ce dernier a souligné «l’anxiété» des nouveaux Etats membres qui attendent les aides régionales dont le déblocage est lié à l’adoption du budget. «La Commission a besoin de 12 à 18 mois pour mettre en place les programmes pluriannuels qui expirent à la fin 2006», a-t-il rappelé. Le budget avait été l’objet d’un violent affrontement lors du sommet de juin. Les Britanniques avaient refusé toute remise en cause de leur «rabais» aux finances européennes, à moins qu’elle soit liée à une réduction du budget de la politique agricole commune (PAC), ce que rejette la France.Pour l’agriculture, Barroso ne remet pas en cause l’accord atteint par les 25 en 2002 mais il suggère que 1% des aides directes (aux agriculteurs) soient transférées vers le développement rural à partir de 2009, soit 3,2 milliards d’euros sur quelque 300 milliards. Barroso propose que les Etats membres consacrent 60% des aides régionales aux politiques de «compétitivité» de la stratégie de Lisbonne (formation, recherche, transport, etc.) au lieu de 50% actuellement.Enfin, il suggère que l’UE réfléchisse à partir de 2009 à un «réexamen complet» et «sans tabou» de son budget, en vue de la période suivante 2014-2019. «En 2009, nous aurons une évaluation des effets de la réforme de la PAC», a-t-il notamment souligné. Bruxelles a également remis sur la table la création d’un «Fonds d’adaptation à la mondialisation», qui aiderait les travailleurs victimes de la mondialisation à rechercher un nouvel emploi. Ce fonds, qui n’est pas chiffré mais ne dépasserait pas 500 millions d’euros, serait financé par des crédits non utilisés au cours d’un budget annuel rectificatif en fonction des demandes déposées par les Etats.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc