×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Bucarest soutient le nouveau bouclier antimissile

Par L'Economiste | Edition N°:3135 Le 23/10/2009 | Partager

. Le système destiné à contrer des missiles de courte et moyenne portée. Objectif: protéger tous les membres de l’OtanLE vice-président des Etats-Unis, Joe Biden, a engrangé, jeudi en Roumanie, un deuxième appui au nouveau projet de bouclier antimissile, après celui de la Pologne, et réaffirmé l'engagement de son pays envers ses alliés en Europe. Ces soutiens interviennent à la veille d'une réunion de l'Otan en Slovaquie où le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, doit exposer à ses collègues de l'alliance les motifs et les conséquences de ce changement de cap. «Nous apprécions le soutien de la Roumanie pour le nouveau projet antimissile que nous envisageons d'introduire en Europe«, a déclaré Biden à l'issue d'une rencontre avec le président roumain, Traian Basescu.Le nouveau système, présenté par l'administration de Barack Obama le 17 septembre, après une réévaluation de la menace balistique iranienne, est destiné à contrer des missiles non plus de longue, mais de courte et moyenne portée.«Il est plus adapté« que le précédent, a insisté Biden. Contrairement à la Pologne et à la République tchèque qui avaient mal réagi à l'abandon du bouclier antimissile de l'administration Bush, la Roumanie voit d'un bon œil le nouveau concept de Washington, estimant que son territoire sera entièrement protégé par ce dernier contrairement à la version précédente. «Ce système a l'avantage de vous protéger vous aussi bien que les Etats-Unis«, a d'ailleurs souligné le vice-président américain.Lors d'un discours prononcé devant un parterre d'étudiants, Biden a déclaré que les Etats-Unis «maintenaient leur engagement en faveur de l'alliance avec l'Europe« tout en exprimant la volonté de renforcer les liens avec la Russie. Au passage, il a souligné que la nouvelle «architecture« de défense antimissile voulue par le président Obama vise à «protéger tous les membres de l'Otan, y compris les pays d'Europe centrale« et fournira des «moyens de défense plus forts, plus intelligents et plus rapides«. Le vice-président avait déjà obtenu, lundi dernier, au premier jour de sa tournée, le soutien de la Pologne à ce nouveau système, Varsovie se disant prête à y «participer à l'échelle qui convient«.Sans évoquer explicitement ce projet, le président roumain s'est réjoui des «points de vue similaires de la Roumanie et des Etats-Unis sur les questions de sécurité«.«Notre opinion est que la sécurité à l'intérieur de l'Otan est indivisible«, a-t-il souligné, en référence aux craintes que certains membres de l'Alliance se retrouvent en dehors du système américain de défense.En revanche, le Premier ministre slovaque, Robert Fico, a exclu jeudi le déploiement sur le sol de son pays d'un élément du futur système antimissile, qu'il soit américain ou de l'Otan, soulignant qu'il «ne donnerait pas (son) accord« à un tel projet.B.A.I.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc