×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

Bruxelles appelle les Etats-Unis à réduire leurs déficits

Par L'Economiste | Edition N°:2126 Le 10/10/2005 | Partager

. Le déficit actuel est un risque pour l’économie mondialeLa Commission européenne a vigoureusement appelé, jeudi 6 octobre, les Etats-Unis à réduire leurs déficits, qui atteignent des records et font peser un risque sur l’économie mondiale selon Bruxelles. «Il est clair, et pour une fois les économistes sont d’accord que cette situation ne peut pas durer éternellement», a averti le directeur général des Affaires économiques et financières de la Commission, Klaus Regling, qui présentait le rapport économique trimestriel de l’exécutif européen. «Ce n’est pas tenable», «le déficit courant des Etats-Unis est un risque global» pour l’économie mondiale, a-t-il ajouté. Les déficits américains atteignent en effet des niveaux alarmants. Le déficit courant s’est élevé à 195,7 milliards de dollars au 2e trimestre, soit 6,3% du produit intérieur brut (PIB), après un record de 198,7 milliards au premier trimestre, soit 6,5% du PIB. En 2004, le déficit avait atteint déjà un record de 668 milliards de dollars. Le déficit commercial s’est monté pour sa part à 173,3 milliards de dollars au deuxième trimestre, après 173,1 milliards au premier trimestre. Par ailleurs le déficit du budget fédéral s’est élevé à 413 milliards de dollars en 2004.Jusqu’à présent, l’épargne massive des pays asiatiques permet de financer les déficits américains, a rappelé Regling. Mais «l’accumulation de la dette américaine ne pourra se poursuivre sans fin». «Personne ne sait quand, à quel rythme et avec quelle ampleur se produiront les ajustements, ni par quoi ils seront déclenchés, mais il est clair que ces ajustements auront des conséquences importantes», a-t-il prédit. Les économistes redoutent la fin de la bulle immobilière aux Etats-Unis, qui pourrait entraîner un effondrement de la consommation. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc