×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Brink's Maroc veut renforcer son activité au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:1983 Le 22/03/2005 | Partager

    . Le convoyeur de fonds a réalisé un chiffre d’affaires de 50 millions de DH en 2004. Pourtant, il n’a que 5 ans de présence au Maroc. Il dispose de 35 véhicules blindés et 6 centres forts«NOUS sommes très satisfaits du professionnalisme et des compétences de nos agents de Brink’s Maroc». L’affirmation est de Michael T. Dan, président-directeur général du Groupe Brink’s. En visite de quelques jours au Maroc, le président de la plus grande entreprise de transport de fonds au monde n’a pas, non plus, caché sa satisfaction de l’évolution rapide de la filiale marocaine. Lancée en 1999 à Casablanca à l’initiative de Brink’s France en partenariat avec la société Cofimag (35% du capital), Brink’s Maroc est devenu, cinq ans après, un convoyeur de fonds incontournable. Il est vrai que l’entreprise est venue répondre à un besoin, à l’attente de nombreuses banques et autres institutions. Jusqu’alors, le transport de fonds se faisait de manière assez rudimentaire au détriment de toute sécurité. L’expérience du Groupe Brink’s, le professionnalisme de ses procédures et méthodes et aussi l’implication de ses équipes ont permis de créer et mettre en valeur un réseau assez développé à travers tout le Maroc. Cependant, auprès de Brink’s on affirme volontiers que l’entreprise ne compte pas en rester là. En effet, un plan de développement permettra l’extension du centre fort de Casablanca et l’ouverture, d’ici la fin 2006, d’un nouveau centre notamment à Rabat. L’entreprise est aujourd’hui forte de 250 hommes et femmes travaillant dans 6 centres forts conformes aux normes de sécurité du Groupe Brink’s. C’est-à-dire des plus draconiennes. Outre Casablanca, ces centres sont installés à Marrakech, Agadir, Fès, Nador et Ouarzazate. Ils assurent le transfert des fonds, le traitement des billets et des pièces, le transport de documents sensibles et la gestion des distributeurs automatiques de billets.Pour ce faire, Brink’s Maroc dispose d’une flotte de 35 véhicules blindés à l’épreuve même des kalachnikov, aux dires de Jean-Michel Houry, président de Brink’s France et Brink’s Europe, Moyen-Orient, Afrique. En plus, la technologie a permis à Brink’s de développer d’autres moyens, encore plus sophistiqués, pour parer à toutes sortes de risques. “Nous avons toujours la hantise d’incidents dont pourraient être victimes nos agents convoyeurs. Aussi, nous disons que le risque zéro n’existe pas même si, depuis notre installation au Maroc, nous n’avons enregistré aucun incident”, ajoute-t-il. C’est ce qui fait dire au grand patron de Brink’s, Michael T. Dan, que “travailler au Maroc devient un réel plaisir” et, par conséquent, incite à renforcer l’activité du groupe au Maroc. Le résultat réalisé par Brink’s Maroc en 2004 a été de l’ordre de 50 millions de DH. C’est peu, dirait-on, au vu du résultat global du groupe au niveau mondial (4 milliards de dollars en 2003). Mais il ne faut pas oublier que Brink’s Maroc n’a pratiquement que cinq ans. Côté investissement, Brink’s Maroc a engagé près de 30 millions de DH essentiellement consacrés aux centres forts, aux véhicules blindés, aux technologies de sécurité, aux systèmes de comptage et aussi aux logiciels informatiques. C’est que le convoyeur de fonds entend jouer un rôle de gestionnaire complet du traitement et de la circulation des espèces et des valeurs. Il veut ainsi permettre à ses partenaires de se recentrer sur leurs activités principales via l’externalisation la plus large possible et aux meilleures conditions économiques.C’est pourquoi Brink’s Maroc a inscrit parmi ses priorités de développement le traitement des pièces et billets, en particulier l’activité tri et recyclage.


    Stratégie

    La sûreté aéroportuaire, principalement le contrôle des passagers et des bagages est aujourd’hui une des compétences reconnues de Brink’s. Cette entreprise opère déjà dans ce secteur dans des aéroports de France, de Grèce.. Plus de 3.000 de ses agents travaillent chaque jour sous l’autorité des gestionnaires d’aéroports et des compagnies aériennes en collaboration avec les services de sécurité officiels. Pour anticiper ce déploiement, Brink’s s’inscrit dans une démarche d’intégration progressive afin de préserver les particularismes nationaux, de favoriser les transferts des compétences et de promouvoir des métiers nouveaux.Jamal Eddine HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc