×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:2125 Le 07/10/2005 | Partager

. Le Brésil va créer le second plus grand parc éolien du mondeLe Brésil va créer le second plus grand parc éolien du monde à Osorio, une ville de l’Etat du Rio Grande do Sul (sud), un projet au coût de 295 millions de dollars et qui sera opérationnel au second semestre 2006, a annoncé mercredi 6 octobre le gouvernement. Le projet a été lancé à Sao Paulo par le président Luiz Inacio Lula da Silva, lors de l’octroi d’un crédit de 465 millions de reals (205 millions de dollars) par la Banque nationale de développement économique et social (BNDES, publique) à l’entreprise Vento do Sul Energia, créée pour la mise en oeuvre du projet. Les autres 90 millions de dollars seront déboursés par les entreprises actionnaires de Vento do Sul: la compagnie espagnole Enerfin Enervento, les compagnies brésiliennes Wobben (filiale du groupe allemand Enercon) et CIP Brasil, a indiqué dans une note le BNDES. Le parc éolien aura une capacité de 150 mégawatts (MW) générés par trois sites de 50 MW chacun, dans les villes d’Osorio, Indios et Sangradouro. Selon la BNDES, ce parc sera le second plus grand du monde derrière celui du Texas (Etats-Unis) qui produit 200 MW d’électricité.. La Chine prévoit plus de frictions avec les partenaires commerciaux étrangersLe président de la Banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, cité jeudi 6 octobre par le magazine Caijing, prévoit un accroissement des frictions commerciales entre la Chine et les partenaires étrangers en raison d’un excédent commercial en nette augmentation. Cette année, si les investissements et la consommation contribuent moins à la croissance du Produit intérieur brut (PIB), la place des exportations «reste à un haut niveau», note Zhou. «Dans l’ensemble, il semble que les frictions commerciales continueront à s’aggraver», dit le président de la Banque centrale. L’excédent commercial de la Chine s’est élevé sur les 8 premiers mois à 60,22 milliards de dollars, soit trois fois plus que la moyenne annuelle entre 2000 et 2004. En 2004, la Chine avait enregistré un excédent record de 32 milliards, provoquant des critiques aux Etats-Unis, où les pressions en faveur d’une réévaluation du yuan se sont accentuées. Selon le magazine, Zhou s’attend à ce que l’excédent de 2005 «dépasse nettement celui de l’année dernière». La Chine a dû affronter un certain nombre de conflits commerciaux cette année, en particulier dans le textile en raison de la suppression début janvier des quotas, qui s’est traduite par une explosion de l’exportation des produits chinois vers les Etats-Unis et l’Europe.. Italie: S’il gagne les élections, Prodi retirera les troupes d’IrakLe leader de l’opposition italienne, Romano Prodi, a affirmé jeudi 6 octobre que s’il gagnait les élections législatives du printemps prochain, il déciderait immédiatement d’un calendrier de retrait des troupes italiennes engagées en Irak, dans un entretien au Corriere della Sera. Qualifiant l’intervention en Irak d’«erreur colossale», Romano Prodi a estimé que «du côté des Américains et des Anglais, le problème aujourd’hui est comment sortir (d’Irak). Plus que jamais on voit que la voie militaire ne résout rien, qu’il faut une solution politique».. Otan: Renforcement des effectifs en AfghanistanL’Otan va envoyer plusieurs milliers de soldats en Afghanistan, portant ses effectifs de 10.000 à un maximum de 15.000 hommes, en prévision de l’expansion de ses opérations dans le sud du pays, a affirmé jeudi 6 octobre à Kaboul le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Jaap de Hoop Scheffer. L’Isaf (la force internationale d’assistance à la sécurité en Afghanistan) a prévu d’étendre en 2006 ses activités vers le sud du pays, où quelque 20.000 soldats -à 90% Américains, d’une coalition internationale font face à l’insécurité entretenue par les rebelles de l’ancien régime fondamentaliste des talibans. (AFP). 17% des entreprises européenne envisagent de délocaliser Environ 17% des entreprises implantées en Europe envisagent de délocaliser ou d’externaliser des activités d’ici deux ans, et la moitié d’entre elles prévoient de le faire dans les pays d’Europe centrale ou de l’Est, selon une étude réalisée par le groupe britannique de services immobiliers Cushman and Wakefield. En 2004, 18% des entreprises interrogées songeaient à délocaliser leurs activités, rappellent les auteurs de cette étude présentée jeudi 6 octobre à Paris avec l’association «Paris-Ile de France Capitale Economique», qui rassemble une centaine de grandes entreprises françaises et internationales. 52% de ces entreprises envisagent de délocaliser leurs activités dans les nouveaux pays de l’UE (51% en 2004) et 21% dans les autres pays d’Europe de l’Est hors UE.Les entreprises souhaitent de plus en plus délocaliser en Asie, notamment en Chine, citée par 29% d’entre elles, contre 22% en 2004, et dans le sud-est asiatique (10%, contre 2% en 2004). 25% envisagent de délocaliser dans d’autres pays d’Europe occidentale (24% en 2004), 23% en Inde (22% en 2004), 10% en Amérique latine (3% en 2004), et 3% en Afrique du Sud (3% en 2004).Les activités que ces entreprises prévoient de délocaliser sont la production (61%), la distribution (32%), l’administration (29%), et les centres d’appel (15%). Ces trois dernières années, les entreprises ont délocalisé des activités dans les nouveaux pays de l’UE (45%, contre 45% en 2004), dans d’autres pays d’Europe occidentale (44%, contre 38%), en Chine (31%, contre 15%), et en Inde (26%, contre 18%).. L’inflation américaine menace les marchés mondiauxLes craintes d’un regain d’inflation aux Etats-Unis, suscitées notamment par des commentaires alarmistes de certains membres de la Réserve fédérale américaine (Fed), ont jeté un froid jeudi 6 octobre sur les marchés boursiers mondiaux. Cependant, la chute des marchés, qui a commencé mercredi 5 octobre, ne devrait pas s’éterniser, selon les experts, qui la justifient aussi par les fortes progressions de septembre, où les principaux indices ont passé des seuils psychologiques importants (les 4.600 points pour le CAC 40, 5.000 points pour le Dax et 5.500 points pour le Footsie).. Une banque d’Oman et un opérateur télécoms libanais cotés à LondresUne banque de Sultanat d’Oman, Bank Muscat, et une compagnie de télécommunications du Liban, Investcom, ont rejoint la Bourse de Londres, a annoncé mercredi 5 octobre le London Stock Exchange. Les actions de Bank Muscat ont commencé à être échangées le même jour, la banque ayant levé 163 millions de dollars en plaçant quelque 6,8 millions de certificats internationaux d’actions étrangères (Global Depositary Receipts, GDR) chacun représentant l’équivalent d’une action. Investcom a proposé jeudi aux investisseurs institutionnels quelque 59,9 millions de GDR, à un prix compris entre 10,35 et 12,35 dollars, avec une option de surallocation de 15%.Les actions Investcom commenceront à être échangées mardi 11 octobre.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc