×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Brèves internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:1984 Le 23/03/2005 | Partager

    . Shell: Partenariat avec le koweïtien KPILe géant pétrolier anglo-néerlandais Shell a annoncé mardi 22 mars la constitution d’un «partenariat stratégique» avec le koweïtien KPI (Kuwait Petroleum International) pour explorer conjointement de nouvelles opportunités à l’étranger. Shell et KPI ont signé un protocole d’accord pour «explorer les opportunités dans le monde entier afin de développer et de mettre en oeuvre des investissements communs en aval», c’est-à-dire dans le raffinage et la commercialisation, a indiqué le groupe anglo-néerlandais dans un communiqué. Les deux groupes «concentreront leurs efforts sur les opportunités dans les zones géographiques disposant de bases solides en aval, notamment une forte progression de la demande de produits pétroliers», ajoute le communiqué, dans une allusion aux marchés émergents de l’Inde et la Chine.. Les entreprises chinoises encouragées à investir en RDCongoLe président chinois Hu Jintao a encouragé les entreprises chinoises à investir en République démocratique du Congo (RDCongo) en recevant son chef d’Etat Joseph Kabila, qui effectue en Chine une visite de quatre jours, a rapporté l’agence Chine nouvelle mardi 22 mars. Ju Jintao a plaidé pour un renforcement de la coopération bilatérale dans le développement des ressources humaines, de l’agriculture et des infrastructures. Les échanges commerciaux entre la Chine et le continent africain ont progressé de 58,9% l’an dernier pour atteindre près de 29,5 milliards de dollars. En rapide industrialisation, la Chine est intéressée par les ressources naturelles du continent africain (pétrole). Les échanges commerciaux entre le plus grand port chinois, Shanghai, et la RDCongo ont atteint l’an passé 35 millions de dollars, contre un million de USD seulement en l’an 2000, selon Chine nouvelle. . Chine: La bande de fluctuation du yuan sera élargieLa Chine va élargir la bande de fluctuation de sa monnaie, le yuan, qui est lié depuis 1994 par un taux de change quasi fixe au dollar, a déclaré sans donner de date le gouverneur de la banque centrale Zhou Xiaochuan, cité mardi par un journal économique. Zhou a par ailleurs indiqué que la Chine allait à l’avenir recourir davantage aux taux d’intérêt pour réguler son économie. La marge de fluctuation du yuan sera élargie à mesure que les réformes de son régime de taux de change seront réformées, a dit le gouverneur de la Banque populaire de Chine (banque centrale), cité par le Zhengjuan Shibao, un journal basé à Shenzhen. La banque centrale va “lancer des produits commerciaux plus complexes sur le marché des changes. Les investisseurs et les banques commerciales vont bientôt faire connaissance avec ces instruments”, a ajouté Zhou. Il n’a pas précisé quels seront les produits financiers introduits. Le Premier ministre Wen Jiabao avait déclaré le 14 mars que la Chine travaillait à un projet pour rendre le taux du yuan plus flexible, une mesure réclamée avec insistance par les partenaires commerciaux de la Chine qui jugent que la sous-évaluation du yuan confère à ses produits un avantage compétitif indu à l’exportation. . Barroso se montre prudent sur les OGMLa Commission européenne de José Manuel Durao Barroso ne cache pas son scepticisme vis-à-vis des OGM et son intention de différencier sa politique de celle de la Commission Prodi, dans un document d’orientation qu’elle devait adopter mardi. Dans ce document de huit pages, elle constate que “la stricte législation européenne en vigueur sur les OGM n’a jusqu’ici pas permis d’améliorer l’acceptation des biotechnologies” par les citoyens et que les produits qui en sont issus “ne percent pas sur le marché”, à l’exception des aliments pour bétail. La Commission note également le “nombre grandissant” de régions d’Europe qui ont annoncé leur intention de refuser toute culture d’OGM sur leur territoire. Ce constat laisse entendre que Bruxelles pourrait introduire un cadre réglementaire européen sur la coexistence entre cultures, comme le lui demande les ONG et le Parlement européen, ce que refusait la précédente commission.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc