×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Brèves internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:1786 Le 09/06/2004 | Partager

    . France: La bancassurance gagne du terrain Les groupes de bancassurance ont grignoté du terrain sur les assureurs traditionnels pour les risques de particuliers (automobile, habitation, santé). Toutefois, ils sont relativement peu développés sur les risques d’entreprises, selon la 8e enquête annuelle du cabinet de conseil Solving International publiée mardi dernier. Dans cette étude, intitulée “Quels sont les leviers de management de la performance opérationnelle dans le secteur de l’assurance?” le cabinet de conseil a identifié les “champions” de la performance opérationnelle en France. En matière d’assurance aux particuliers, il ressort qu’Axa est le seul assureur traditionnel à avoir surperformé la moyenne du marché, mais reste loin derrière les bancassureurs que sont le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel, et CNP Assurances (dont les produits sont distribués par les Caisses d’Epargne et la Poste).. Les entreprises commerciales d’Etat sur la sellette à l’OMCLes entreprises commerciales d’Etat sont devenues un enjeu des négociations à l’OMC, l’Union européenne et les Etats-Unis accusant le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande d’utiliser ces véhicules afin de subventionner leurs exportations agricoles. Selon Bruxelles, Ottawa, Canberra et Wellington ont recours à des monopoles d’exportation de marchandises comme le blé ou les produits laitiers pour soutenir leurs producteurs par un mécanisme de double prix: un prix d’achat élevé versé aux producteurs nationaux et un prix de vente plus faible fixé pour les marchés mondiaux. Canadiens et Australiens se disent prêts à ouvrir la discussion sur le fonctionnement de leurs entreprises d’Etat, mais pas sur leur existence même.. Une bourse pétrolière en Iran L’Iran va ouvrir d’ici un an une bourse des produits pétroliers et énergétiques, dont la mise en place sera confiée à un consortium étranger, a déclaré à l’AFP un conseiller du ministre du Pétrole, Mohammad Javad Assemi-Pour, chargé du dossier. “Cette bourse sera créée d’ici un an dans le cadre du troisième plan quinquennal” (mars 2000 - mars 2005), a-t-il ajouté.“En plus du pétrole, des produits énergétiques comme les huiles ou les produits pétrochimiques seront vendus dans cette bourse”, a expliqué Assemi-Pour. . Turquie: Près de la moitié des Allemands (45 %) sont favorables à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, selon un sondage réalisé pour le magazine Stern. Si 45 % des personnes interrogées se prononcent pour l’adhésion turque à l’UE à terme, 20 % se disent contre et 34 % préfèrent un “partenariat privilégié”, comme le veut l’opposition conservatrice allemande. L’Allemagne est le pays qui compte la première communauté turque d’Europe de l’Ouest avec plus de 2 millions de personnes. La classe politique est divisée sur la question de l’intégration turque à l’UE. L’opposition conservatrice est en majorité contre tandis que la coalition démocrate/Verts du chancelier social-démocrate Gerhard Schröder la soutient. . Sinn Féin: l’aile politique de l’IRA, a de fortes chances d’entrer le 14 juin au Parlement de Strasbourg avec des élus dans deux pays européens -l’Irlande et le Royaume-Uni (Irlande du Nord)- pour promouvoir son objectif: l’unification de l’Irlande. Les politologues et la presse attribuent deux sièges de députés européens au Sinn Féin: l’un en Irlande du Nord, l’autre en république d’Irlande, où la bataille électorale risque toutefois d’être plus serrée. Novices en matière de politique européenne, les militants du Sinn Féin (“soi-même”, en gaëlique) ignorent encore à quelle “famille” ils souhaitent appartenir, mais donnent une image plutôt eurosceptique. Partisans de l’Etat-nation, ils n’adhèrent pas au projet d’une Europe fédérale, postnationaliste et prennent position contre le projet de Constitution, tel qu’il est négocié par les 25 Etats membres de l’Union.• Irak: Vote de la résolution de l’ONULa France devait voter, hier en début d’après-midi, pour la résolution de l’ONU, jetant les bases d’un nouvel Irak. La France votera le texte après que beaucoup de ses demandes ont été prises en compte, a déclaré hier mardi le ministre des Affaires étrangères, Michel Barnier. La dernière version du projet ne donne pas de droit de veto au gouvernement intérimaire irakien sur les «opérations offensives sensibles» de la force multinationale conduite par les Etats-Unis, comme le demandait la France. Mais Barnier a déclaré que, pour «la première fois dans cette affaire» irakienne, il y avait eu «un vrai dialogue» entre les Etats-Unis et la France. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont amendé lundi soir leur projet de résolution sur l’Irak, répondant aux préoccupations de l’Allemagne. Le nouveau texte s’engage à ce que la force multinationale emmenée par les Etats-Unis et le gouvernement irakien coopèrent sur les questions de sécurité, «y compris les mesures concernant les opérations offensives sensibles».. La première Constitution du QatarL’émir du Qatar, cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, a promulgué hier mardi la première Constitution permanente du Qatar, adoptée en 2003 par référendum et qui prendra effet dans un an, selon l’Agence officielle QNA. Cette mesure «sera publiée au Journal officiel dans un an, période au cours de laquelle seront mises en place les institutions constitutionnelles et entreprises les mesures juridiques nécessaires à cet effet», a ajouté l’agence. L’émir entend poursuivre ses efforts pour «parachever la mise en place d’un régime démocratique». Le 29 avril 2003, les Qatariotes avaient adopté à 96,6% le projet de cette constitution, la première depuis l’indépendance de l’Emirat en 1971. Le texte prévoit notamment la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, même s’il maintient le pouvoir exécutif entre les mains de l’émir et de son cabinet. . Le Liban devant l’ONULe Liban a déposé une plainte au Conseil de sécurité des Nations unies après le raid israélien de lundi dernier, au sud de Beyrouth. Pour sa part, le chef de l’Etat libanais, Emile Lahoud, a dénoncé dans un communiqué l’attaque israélienne qu’il a qualifiée de «nouvelle violation de la souveraineté libanaise» et comme faisant partie «des actions hostiles d’Israël contre le Liban». Le président libanais a «demandé aux autorités compétentes d’envoyer une lettre de plainte au Conseil de sécurité après cette nouvelle agression israélienne», précise le communiqué.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc