×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1776 Le 26/05/2004 | Partager

. Les premiers portables UMTS en EspagneLe premier opérateur espagnol de téléphonie mobile, Telefonica Moviles, a mis en vente les premiers appareils de téléphonie mobile de troisième génération (UMTS) en Espagne, a indiqué hier mardi un porte-parole de cet opérateur.Cette offre commerciale est limitée pour le moment aux villes de Madrid et Barcelone (nord-est). Le mois prochain, elle s’étendra à huit autres grandes villes espagnoles, a précisé l’opérateur.Les nouveaux appareils, dont le coût unitaire s’élève à 499 euros, permettent la visiophonie et la transmission de données et d’images à haut débit.L’implantation plus générale des services UMTS en Espagne n’interviendra pas avant la fin 2005 ou le début 2006, a précisé Telefonica Moviles, qui affirme détenir une part de marché de 52% dans la téléphonie mobile en Espagne. . UE/Mercosur: Pas de ZLE dans l’immédiatLa négociation finale sur la création d’une zone de libre-échange entre le Mercosur et l’Union européenne ne peut s’engager dans l’immédiat, a déclaré hier mardi le commissaire européen au Commerce, Pascal Lamy. Et ce, même si Bruxelles espère toujours parvenir à un accord en octobre prochain. Alors que l’UE et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) doivent négocier cette semaine à Guadalajara (Mexique), Lamy a souligné qu’il n’avait pas encore la “certitude” que les offres latino-américaines étaient équivalentes à celles de l’UE. “Tant que je n’ai pas cette certitude, la négociation finale ne peut pas démarrer”, a déclaré Lamy au siège de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). “Tout l’enjeu de Guadalajara, c’est de savoir si on passe à la négociation finale”, a remarqué le commissaire européen. “A ce stade, je ne sais pas si ce que nos amis du Mercosur ont mis sur la table pèse le poids que nous recherchons. C’est ce qu’ils disent. Encore faut-il vérifier que ce qu’il y a dans le sac correspond à l’étiquette qu’on met sur le sac”. Faisant allusion aux critiques de la France à l’égard des négociations avec le Mercosur, Lamy a jugé que l’offre européenne était “tout à fait conséquente si j’en juge par la réaction de certains Etats membres”. . Berlusconi critique la politique de la BCELe chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a critiqué les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) leur reprochant une politique “complètement erronée” qui a mené à un euro trop fort. “Je suis un Européen convaincu, mais je ne crains pas de dire que ceux qui tiennent les rênes de la monnaie unique font des choses complètement erronées”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Milan , au cours de laquelle il a présenté des candidats de son parti aux prochaines élections européennes et régionales de la mi-juin. “Nos stratèges de l’économie européenne” ont maintenu l’euro à une valeur trop élevée “d’une manière inconcevable et inconsidérée”, a-t-il ajouté. Berlusconi qui avait déjà à plusieurs reprises critiqué l’euro, rendu responsable du renchérissement de la vie en Italie, s’est de nouveau prononcé en faveur d’un euro plus faible, à parité avec le dollar. Berlusconi a expliqué que les produits fabriqués en Europe avaient des prix de 25% supérieurs à ceux produits aux Etats-Unis en raison de la valeur excessive de l’euro. AFP

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc