×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1747 Le 14/04/2004 | Partager

. USA: le président de la FED se veut rassurant Le président de la banque de réserve fédérale de Dallas, Robert McTeer, s'est montré lundi rassurant sur l'inflation aux Etats-Unis. Robert McTeer juge qu'il n'y avait pas de risque de ce côté pour le moment, même si l'économie tourne à «pleins cylindres». «Je ne suis pas inquiet des implications inflationnistes de la croissance économique très rapide que nous avons eue ces derniers mois», a-t-il déclaré.Selon lui, «Nous avons une économie très saine pour le moment avec une bonne croissance, des créations d'emplois et une inflation toujours sous contrôle», a-t-il ajouté. Les prix de certaines matières premières augmentent «comme ils doivent augmenter pour permettre une distribution correcte des ressources», a-t-il affirmé. Il a dit s'attendre à ce que le marché du travail continue à créer des emplois, mais pas au rythme de plus de 300.000 par mois comme cela a été le cas en mars. . Corée du Nord: numéro 2 congédié Le numéro 2 du régime nord-coréen, Jang Song-thaek, beau-frère du dictateur Kim Jong-Il, a été congédié le mois dernier. Motif: il aurait ouvertement critiqué les réformes économiques menées par Pyongyang, a indiqué mardi le quotidien japonais Tokyo Shimbun. Jang, hiérarque de l'omnipotent Parti des travailleurs de Corée (PTC), aurait estimé que la politique réformiste visant à adopter progressivement une économie de marché en Corée du Nord introduisait des «idées étrangères malsaines», a rapporté le journal. Une opinion qui aurait conduit Kim Jong-Il à écarter provisoirement son beau-frère et à le renvoyer à des études d'économie sous la supervision du PTC, a précisé le Tokyo Shimbun. . Immigration: La République d'Irlande, longtemps considérée comme une terre d'émigration, se protège peu à peu de ce phénomène encore inconnu il y a moins d'une génération. Sous la pression des milieux d'affaires, faute de main-d'oeuvre, cette tendance a repris de plus belle. Toutefois, l'Irlande semble décider à prendre une série de mesures visant à réduire l'attrait de l'île pour les candidats à l'immigration. Ainsi, le gouvernement a décidé d'imposer deux années de résidence avant qu'un ressortissant de la future Europe élargie ne puisse bénéficier d'aides sociales. Ces mesures entreront en vigueur le 1er mai prochain. Jusqu'à cette réforme, l'Irlande n'imposait aucune condition de résidence pour pouvoir bénéficier en tant que ressortissant de l'UE de prestations sociales. Mais de peur de se retrouver seule en Europe à se montrer aussi libérale, l'Irlande a préféré allier ses partenaires, qui tous ont pris des mesures conservatoires.En outre, le gouvernement a pris la décision de convoquer les électeurs le 11 juin prochain pour un référendum constitutionnel contre le “tourisme de la nationalité”. Ce référendum, en cas de victoire du oui, imposera une condition de résidence d'au moins trois ans à tout parent étranger d'un enfant né en Irlande pour que ce dernier puisse prétendre à la nationalité irlandaise.. Jacques Chirac à Alger Le président Jacques Chirac se rendra demain jeudi à Alger pour un déjeuner de travail, avec son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika, qui vient d'être réélu. Le président français avait effectué une visite d'Etat en Algérie en mars 2003. A cette occasion, les deux présidents avaient signé “la Déclaration d'Alger” qui fixe le cadre concret de la refondation des relations entre l'Algérie et la France. Le Conseil constitutionnel algérien a proclamé lundi les résultats de l'élection présidentielle du 8 avril: Abdelaziz Bouteflika a été réélu avec 84,99% des suffrages. Chirac s'était adressé à Bouteflika: “Dans cette entreprise, la France se tient à vos côtés. Soyez convaincu de ma détermination et de celle du gouvernement français à accompagner les réformes conduites sous votre autorité par une coopération approfondie dans tous les domaines”.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]economiste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc