×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:1721 Le 09/03/2004 | Partager

. France : En 2001, les femmes dirigeantes de société gagnaient un tiers de moins que leurs homologues masculins, un écart plus fort que pour l'ensemble des salariés. C'est ce qu'a indiqué l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans une étude publiée vendredi 5 mars.En 2001, les femmes PDG, gérantes ou directrices générales, gagnaient en moyenne 29.500 euros nets par an, contre 44 100 euros pour les hommes, soit un tiers de moins que les dirigeants, selon l'Insee.Mais leur situation s'est un peu améliorée avec le temps, puisque l'écart était de 39% en 1993. En France, sur les 300.000 dirigeants d'entreprises en 2001, seules 17% étaient des femmes, alors que les femmes représentent 45% de la population active.. Carrefour : Le groupe de grande distribution va s'engager à son tour dans la guerre des prix bas en France, pour tenter de relancer ses hypermarchés, quitte à amplifier une tendance inquiétante pour les petits producteurs et l'emploi dans l'Hexagone. Bien que le groupe ait dépassé ses objectifs en 2003, un bénéfice net de 1,63 milliard d'euros, en hausse de 18,6% par rapport à 2002, un défi majeur reste à surmonter: “les hypermarchés français”. Ces hypermarchés pâtissent d'une image de prix trop élevés, qui a favorisé le développement des magasins “discount” comme Aldi, Lidl ou Leader Price et permis à Leclerc de grignoter des parts de marché en France. Pour transformer son image, Carrefour va lancer cette année dans l'Hexagone une campagne de prix bas qui a déjà connu ses prémices avec l'apparition dans ses magasins de la marque “n°1”.. EADS: Le deuxième groupe mondial d'aéronautique, d'espace et de défense a annoncé hier lundi 8 mars des résultats 2003 meilleurs que prévu. Cette performance a été rendue possible grâce à  la bonne résistance d'Airbus et à la progression des activités de défense, deux facteurs qui permettent au groupe d'envisager sereinement l'année 2004.Ainsi, il a dégagé un résultat net de 152 millions d'euros, contre une perte de 299 millions en 2002. Pour sa part, le résultat d'exploitation a enregistré une progression de 8% à 1,54 milliard. Le chiffre d'affaires a, quant à lui, progressé de 1% à  30,1 milliards. . Investissements: La zone euro a enregistré une croissance de 0,4% en 2003, et de 0,3% pour le seul dernier trimestre 2003, grâce à une reprise des investissements en fin d'année, malgré une chute des exportations dans un contexte d'envolée de l'euro. C'est ce qu'a révélé l'Office européen des statistiques Eurostat qui confirmait ainsi ses données provisoires publiées le 13 février.De son côté, la Commission européenne a maintenu ses prévisions de croissance pour la première partie de cette année, qu'elle situe dans une fourchette comprise entre 0,3 et 0,7% au premier comme au deuxième trimestre 2004.. BCE: La France, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie ont conclu un accord informel pour s'assurer chacun un siège permanent au directoire de la Banque centrale européenne, au détriment des “petits pays” de la zone euro.   Ces pays entendent ainsi se réserver quatre sièges sur les six que comporte l'organe exécutif de l'institut monétaire, croit savoir le quotidien “Handelsblatt” qui cite des sources gouvernementales allemandes. Rappelons que le débat politique entre “grands” et “petits” pays de la zone euro fait rage actuellement autour de la succession fin mai de l'un des membres du directoire, l'Espagnol Domingo Solans. . Portugal: Sept Portugais sur dix ont l'intention de s'abstenir lors des élections au Parlement européen du 13 juin, selon un sondage publié dimanche 7 mars par le quotidien Correio da Manha. Ainsi, à peine 31% des Portugais ont l'intention d'aller voter. Le taux d'abstention atteindrait 69,4% et dépasserait celui enregistré lors des dernières élections européennes de 1999 où 60,07% de l'électorat avaient boudé les urnes. Les deux principales listes, celles de la majorité gouvernementale et de l'opposition socialiste arriveraient au coude-à-coude en pourcentage des voix avec respectivement 39,7 et 39,2%.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc