×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Brèves internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:1719 Le 05/03/2004 | Partager

    . Telefonica: Le géant espagnol des télécommunications, Telefonica, négocierait l'achat des actifs de l'opérateur américain BellSouth en Amérique latine, estimés à 4,6 milliards d'euros, ce qui a motivé selon des opérateurs la suspension jeudi de la cotation de ses titres à Madrid. La suspension de la cotation des actions de Telefonica et celle de sa filiale de téléphonie mobile, Telefonica Moviles, ont été annoncées par un bref communiqué de la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV). Une porte-parole de Telefonica a refusé de commenter une information publiée jeudi en première page par le journal madrilène économique Expansion, selon laquelle Telefonica négocierait l'achat à BellSouth de dix entreprises de téléphonie mobile en Amérique latine, disposant au total de près de dix millions de clients. . Canada: La Commission européenne a donné son feu vert sur la configuration du futur accord de renforcement du commerce et de l'investissement (TIEA) avec le Canada, en définissant son champ d'application et les principaux objectifs. Le modèle de ce nouveau type d'accord doit désormais être discuté avec le gouvernement canadien et adopté formellement par l'UE et les dirigeants canadiens lors du sommet UE-Canada qui aura lieu le 18 mars prochain. Cet accord vise l'élimination et la prévention des obstacles inutiles aux échanges commerciaux et aux flux d'investissement. L'un des éléments-clés de cet accord sera la coopération entre les régulateurs européens et canadiens, qui sera basée sur un cadre en cours de préparation par la CE et le gouvernement canadien. . Sucre : La future réforme du régime sucrier européen se traduira inévitablement par une baisse des prix intérieurs et une ouverture supplémentaire du marché de l'UE. Cependant, cette réforme inquiète les pays moins avancés qui bénéficient d'un traitement préférentiel. Les représentants des PMA ont rencontré à Bruxelles les commissaires européens Pascal Lamy (commerce) et Franz Fischler (agriculture) pour leur demander un accès élargi au marché européen à des prix rémunérateurs garantis sur une longue période, un objectif qui peut paraître contradictoire avec la réforme du régime sucrier européen ambitionné par la Commission. . Recherche et développement: Citant en exemple son statut de la “jeune entreprise innovante”, qui bénéficie d'importants avantages fiscaux, la France a proposé un cadre juridique qui assouplisse le droit communautaire s'appliquant aux aides d'Etat en matière de R & D. “La Commission européenne a, bien sûr, la maîtrise des questions de concurrence, mais nous pensons que la reconnaissance du besoin d'innovation pourrait entrer dans une politique de concurrence efficace”, a indiqué une source française. Plus généralement, la France estime qu'en matière d'aide d'Etat, il est important que la Commission exerce son contrôle en intégrant les données actuelles de la concurrence internationale et les nécessités industrielles de l'Europe.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc