×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:2917 Le 08/12/2008 | Partager

. 38 gros industriels japonais licencientQuelque 21.000 suppressions de postes occupés au Japon par des ouvriers sous contrat à durée déterminée ou intérimaires ont déjà été annoncées dans une quarantaine de grandes entreprises japonaises à cause de la crise économique mondiale. A ce jour, 21.000 personnes savent déjà que leur mission ne sera pas reconduite à l’échéance de leur contrat temporaire et d’autres ne travailleront même pas jusqu’à son terme. Des plans de départ volontaire ont également été lancés dans une vingtaine d’entreprises cotées, se soldant par quelque 2.100 réductions de postes de salariés titulaires.. GM réclame 8 milliards de dollars d’aide Le constructeur automobile américain General Motors (GM) demande au Congrès dans son plan de redressement une nouvelle tranche de quatre milliards de dollars dès janvier, en plus d’un premier versement en décembre du même montant pour éviter un dépôt de bilan. Ces huit milliards de dollars font partie d’un total de 12 milliards, réclamés par GM, considéré comme le plus menacé des trois constructeurs automobiles nationaux par une crise de liquidités à court terme, afin d’éviter la faillite en 2009. Le président de GM, Rick Wagoner, était à Washington jeudi dernier devant la Commission bancaire du Sénat pour présenter son plan de redressement aux parlementaires qui exigent une refonte du modèle économique des trois grands constructeurs GM, Ford et Chrysler, afin d’envisager un éventuel vote pour le déblocage de nouveaux fonds publics.. Climat: Il faut trouver l’argent Le coût annuel de la lutte contre le changement climatique, en centaines de milliards de dollars par an, impose une forte mobilisation des finances publiques, a prévenu jeudi dernier l’ONU. «Le rôle des finances publiques internationales sera crucial pour atténuer les changements climatiques, les marchés du carbone n’y suffiront pas», a insisté Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques (CNUCC). Celle-ci présentait, en marge de la conférence sur le climat à Poznan (Pologne), une mise à jour de son rapport sur le financement de la lutte contre le réchauffement de la planète, publié en 2007. Le coût des mesures d’atténuation (comment réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour limiter l’ampleur du réchauffement) a dû être révisé à la hausse de +170%. Ce coût pourrait donc atteindre plus de 500 milliards de dollars par an d’ici 2030, plus du double qu’initialement prévu en 2007. . Allemagne: Adoption du plan de soutien à l’économieLe plan de soutien allemand à l’économie élaboré le mois dernier par le gouvernement a été adopté définitivement, vendredi 5 décembre, avec l’accord de la Chambre haute du Parlement, le Bundesrat, les Etats régionaux ayant surmonté leurs réticences. Il s’agit d’une série de mesures ciblées destinées à soutenir certaines branches et à stimuler les investissements privés par le biais d’incitations fiscales et de subventions. Le secteur automobile par exemple, en pleine déroute, doit profiter d’une exonération temporaire de la taxe annuelle sur les voitures. Les Länder, dont le Bundesrat est l’organe de représentation, avaient menacé de bloquer un projet dont ils disaient supporter une part trop importante, mais ont fini par l’avaliser. Berlin évoque un montant total de 32 milliards d’euros pour l’ensemble de ces mesures, dont une partie était toutefois déjà prévue avant même le déclenchement de la crise.. 1,7 milliard d’euros pour des projets ferroviairesBruxelles a débloqué vendredi dernier 1,7 milliard d’euros pour réaliser des tronçons de grands projets ferroviaires européens, notamment sur les axes franco-italien de la ligne Lyon-Turin-Budapest et germano-italien Berlin-Vérone-Palerme. La Commission européenne a donné son feu vert à 11 projets précis, a annoncé le commissaire européen aux Transports, Antonio Tajani. L’argent débloqué fait partie d’une enveloppe de plus de 5 milliards d’euros, destinée à éliminer les goulets d’étranglement et à remédier aux chaînons manquants de 30 axes prioritaires de transport traversant l’Europe. . Mini-sommet Brown-Sarkozy-Barroso sur la crise Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, accueille aujourd’hui à Londres le président français, Nicolas Sarkozy, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, pour une réunion consacrée à la crise économique, a annoncé jeudi Downing Street. La réunion sera suivie d’une rencontre avec des représentants des milieux d’affaires. Gordon Brown, dont le plan de sauvetage des banques début octobre avait fait des émules dans le monde entier, a présenté fin novembre un plan de relance budgétaire de 24 milliards d’euros, marqué par une baisse de la TVA. Le président français a lui aussi annoncé jeudi dernier un plan de relance de 26 milliards d’euros pour enrayer l’engrenage de la récession. . Israël libère 230 Palestiniens pour l’Aïd Une commission spéciale du gouvernement israélien a approuvé dimanche une liste de 230 prisonniers palestiniens qui doivent être libérés à l’occasion de l’Aïd Al-Adha. Un communiqué du bureau du Premier ministre a indiqué qu’aucun des 230 prisonniers libérables n’était impliqué dans des attaques meurtrières d’Israéliens et qu’ils seraient relâchés mardi 9 décembre. Le gouvernement israélien avait approuvé le 30 novembre le principe de la libération de 250 prisonniers palestiniens comme geste de soutien envers le président palestinien Mahmoud Abbas. Les raisons pour lesquelles les noms de 20 d’entre eux n’ont pas été retenus n’ont pas été divulguées. La liste des prisonniers libérables doit encore être publiée sur Internet pour permettre d’éventuelles oppositions, a-t-on précisé de source officielle. En août dernier, Israël avait libéré 198 détenus. Quelque 11.000 Palestiniens sont encore détenus par l’Etat juif. . Plan de relance d’Obama: Internet et infrastructures prioritaires Le président élu des USA, Barack Obama, a promis samedi dernier d’effectuer les plus gros investissements dans les infrastructures américaines depuis les années 50 et de développer sensiblement l’accès à Internet. Ces 2 mesures s’inscrivent dans le plan de relance de l’économie que Obama s’est engagé à mettre en oeuvre dès son investiture le 20 janvier, et qui devrait selon lui permettre de créer 2,5 millions d’emplois. Il s’est également engagé à développer l’accès à Internet à haut débit pour les Américains de façon à ce qu’au moins «chaque enfant puisse se connecter en ligne». «Il est inacceptable que les USA soient au 15e rang pour l’installation de réseaux à bande large», a estimé Obama, en rappelant que «c’est le pays qui a inventé Internet». Le plan prévoit également «un effort massif d’économies d’énergie dans les bâtiments publics» pour récupérer «des milliards de dollars».

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc