×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Brèves internationales

Par L'Economiste | Edition N°:2652 Le 15/11/2007 | Partager

. Création d’un organisme d’investissements aux EmiratsLe chef de l’Etat des Emirats arabes unis, cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, a promulgué un décret créant un organisme chargé d’investir au nom de cette riche monarchie pétrolière du Golfe, a annoncé mardi dernier l’agence officielle WAM. La Emirates Investment Authority «est chargée de placer l’argent destiné à l’investissement au nom du gouvernement fédéral», indique le communiqué de WAM. Les fonds d’investissements et les sociétés soutenus ou contrôlés par le gouvernement des Emirats ont multiplié les prises de participation dans de très grandes entreprises, dont EADS, le groupe européen d’aéronautique et de défense, dont Dubaï a acquis 3,12% du capital. La compagnie aérienne Emirates est le principal client de l’avion géant A380 d’Airbus, filiale d’EADS. . La croissance africaine en phase avec le reste du monde L’Afrique subsaharienne a enregistré une croissance soutenue depuis 10 ans, comme le reste de la planète, mais plus de 40% de sa population vit toujours dans la pauvreté, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) publié mardi dernier. «Pour la première fois (...) les pays africains évoluent dans le même sens que le reste du monde», écrit John Page, économiste en chef pour l’Afrique de la BM, dans ce rapport 2007 sur les indicateurs de développement en Afrique, présenté à Midrand, près de Johannesburg. La croissance moyenne dans la région a été de 5,4% en 2005 et 2006 et il existe un consensus pour dire qu’elle restera soutenue, poursuit-il.. 20 milliards d’euros transférés en 2006 par les migrants Les transferts de fonds des travailleurs expatriés de l’UE27 vers leurs pays d’origine se sont élevés à 20 milliards d’euros en 2006, dont 7 milliards au sein de l’UE, selon des chiffres publiés mardi dernier par l’Office statistique des communautés européennes (Eurostat). En 2005, ces envois de fonds intra et extra UE27 ont été de 23 milliards d’euros, rappelle la même source, ajoutant que les flux à destination des autres Etats membres ont constitué une part plus faible que celle des flux à destination des pays en dehors de l’UE27. L’Espagne, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Allemagne et la France sont les principaux Etats membres d’origine des fonds. Plus de 85% du total des envois de fonds de l’UE27 ont été effectués à partir de ces 5 Etats membres. En 2004, les plus grands parcours d’envoi de fonds identifiés étaient notamment Allemagne-Turquie, France-Maroc, Espagne-Maroc, Italie-Albanie et Allemagne-Serbie-et-Monténégro. . Les Européens partagés sur l’immigration Les Européens paraissent partagés sur l’immigration, 44% des Français considérant qu’elle n’est «ni une chance ni une menace», tandis que 40% des Espagnols pensent qu’elle représente une chance, et 37% des Britanniques une menace, selon un sondage européen TNS Sofres pour France 24, publié mardi dernier par Le Figaro.Les Français se partagent presque également entre ceux qui pensent que l’immigration constitue «plutôt une menace» (24%) et ceux qui estiment au contraire que c’est «plutôt une chance» pour la France (25%). 23% des Espagnols considèrent l’immigration comme une menace. Ils sont 29% en Italie et 23% en Allemagne à penser de même. Si l’immigration est une chance pour 33% des Italiens, 32% des Britanniques et 27% des Allemands, ces derniers restent, à l’instar des Français, majoritairement indécis: 43% affirment que ce n’est ni une chance ni une menace.Parmi les problèmes les plus importants à résoudre aujourd’hui en matière d’immigration, les Français et les Allemands placent en tête l’intégrisme religieux (45% et 35% respectivement). Le problème de l’immigration clandestine est majoritairement cité par les Espagnols (65%), les Italiens (58%) et les Britanniques (56%). Enfin, le problème de l’intégration des immigrés est cité par 34% des Allemands contre 16% des Français, 13% des Espagnols, 14% des Italiens et 13% des Britanniques.. Irak/Afghanistan: Le coût des guerres atteint 1.500 milliards de dollars Le coût des guerres en Irak et en Afghanistan atteindra, l’année 2008 comprise, près de 1.500 milliards de dollars, soit près du double des 804 milliards de dollars que l’administration Bush affirme avoir dépensé ou réclamé pour mener les deux guerres, indique un rapport de l’opposition démocrate au Congrès publié mardi dernier par le Washington Post. Selon ce rapport de 21 pages les «coûts occultes» de ces guerres incluent l’augmentation des dépenses en pétrole du fait de la hausse des cours du brut, les soins aux blessés de guerre et les intérêts sur les emprunts levés pour financer ces guerres, ajoute-t-on.. Prisons de la CIA: Le Parlement européen poursuit son enquête Le Parlement européen a annoncé mercredi 14 novembre vouloir poursuivre son travail d’enquête pour tenter de faire la lumière sur les centres secrets de détention que la CIA est suspecté d’avoir utilisés en Europe pour interroger des terroristes présumés. Ce travail de «suivi d’enquête» va être réalisé par la Commission des libertés publiques du Parlement, a indiqué à la presse l’eurodéputé italien Claudio Fava, rapporteur d’une commission ad hoc de l’institution qui a déjà mené de premiers travaux sur ce dossier sensible. Il s’agira de tenter de faire la lumière sur les indices les plus récents qui ont pu émerger dans cette affaire, via des informations dans les médias principalement, a-t-il ajouté.. La Knesset veut bloquer tout compromis sur JérusalemLa Knesset (Parlement israélien) a adopté mercredi 14 novembre en lecture préliminaire un projet de loi exigeant que tout éventuel compromis sur Jérusalem avec les Palestiniens soit approuvé par une majorité de 80 députés sur un total de 120 à la Chambre. Pour avoir force de loi, il doit encore être approuvé successivement en première, seconde et troisième lectures. Selon une loi fondamentale de 1980, Israël considère Jérusalem, y compris la partie arabe orientale conquise en 1967, comme sa «capitale éternelle et indivisible». Pour l’heure, la majorité absolue de 61 députés peut amender ce texte.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc