×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Brèves

Par L'Economiste | Edition N°:2962 Le 12/02/2009 | Partager

. Appui à la micro et petite entreprise: Rencontre à Tanger La section nord de l’Association marocaine d’appui à la promotion de la petite entreprise (AMAPPE) organise, samedi prochain, à Tanger, une rencontre de réflexion sur la micro et petite entreprise. Les travaux de cette rencontre porteront essentiellement sur l’analyse des résultats d’un projet d’appui à la micro et petite entreprise (MPE) dans la région du Nord-Ouest, initié par l’AMAPPE en partenariat avec le Centre des initiatives et de recherches européennes en Méditerranée (CIREM) et l’agence espagnole de la coopération internationale. Au programme de cette journée tenue sous le signe «les activités génératrices de revenus, quel appui pour consolider les micro et petites entreprises?», des débats sur les thèmes «le consulting et le counseling, des outils de développement et de pérennisation des MPE» et «le conseil en ressources humaines et l’entrepreneuriat, quels dispositifs d’accompagnement pour les MPE?».. Des centres de formation pour futurs artisans Deux centres de formation par apprentissage dans les métiers de l’artisanat verront le jour prochainement à Casablanca au niveau des préfectures Aïn Sebaâ- Hay Mohammadi et Moulay Rachid, en vertu de deux conventions de partenariat signées mardi dans la métropole. La réalisation des deux établissements, qui devront accueillir quelque 1.000 jeunes apprentis, nécessitera une enveloppe de 26 millions de dirhams. Les futurs centres prodigueront des formations dans les métiers du cuir, de la pierre et de la terre, du textile, du bois et des métaux.. Tourisme: Les moyens de redynamiser le financement du secteur Les leviers financiers susceptibles de redynamiser la politique de financement du secteur touristique ont été au centre d’une réunion, tenue mardi dernier à Rabat sous la présidence du ministre de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar, et du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed Boussaïd. Ont participé à cette réunion des représentants de Bank Al-Maghrib, du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), de la CGEM et de la CDG.L’accent a été mis sur les perspectives de développement du tourisme et de l’investissement touristique, a indiqué Mezouar, soulignant la nécessité de «distinguer entre la conjoncture actuelle relative au secteur touristique et la stratégie de développement du secteur». Boussaïd a souligné que cette réunion permettra de donner plus de visibilité aux intervenants dans le secteur, pour les prochaines années, et de faire le point sur l’implication du système financier dans ce sens.. Un livre marocain primé au CaireUn livre marocain pour enfants, de l’écrivaine Nadia Benmoussa, (raconte-moi le zellige), figure dans «la liste d’honneur» des dix meilleurs ouvrages arabes pour enfants, sélectionnés par la Fondation Anna Lindh.Ce livre a été traduit en arabe par Mohamed Belmlih, et édité par la maison d’édition «Yanboe Livres» de Casablanca. Il se veut une immersion dans l’art et l’histoire du zellige à travers le parcours du héros, Ali, et de son maître. Ce faisant, le lecteur se trouve transporté à travers des pérégrinations à Fès, Marrakech et en Andalousie, qui lui font découvrir les splendeurs de cet art architectural marocain authentique.La liste d’honneur de la Fondation Anna Lindh, qui a décerné des prix à l’occasion du Salon international du livre du Caire, ( du 21 janvier au 5 février), comprend, outre «raconte-moi le zellige», des ouvrages d’auteurs de Palestine, du Liban, de Jordanie, d’Egypte ainsi qu’une version arabe de deux livres suédois.. Un film marocain primé en Algérie«Tarik, mon frère», film de Abdellah Elabdaoui, réalisé dans le cadre de la Film Industry en partenariat avec la SNRT, a obtenu le prix spécial du jury pour la meilleure musique de la 9e édition du Festival du film amazigh qui s’est déroulée en janvier à Sidi Bel Abbès, en Algérie sous le slogan «Pour une libre circulation des idées par le mot et par l’image».Ce prix lui a été décerné par un jury, présidé par le cinéaste Ali Mouzaoui et constitué d’hommes de cinéma et de culture de divers horizons, entre autres Djouher Amhis (universitaire, Algérie), Kader Kada (chercheur au CNRS, France), Safy Boutella (musicien et compositeur, France-Algérie), Slimane Hachi, Omar Fetmouche (dramaturge et directeur du théâtre régional de Béjaïa) et Jean-Paul Garcia (directeur du festival d’Amiens, France).Comme chaque année, le festival organise une caravane itinérante à travers l’Algérie pour faire découvrir les films primés.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc