×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Brésil: Plan Brady sur 35% de la dette bancaire

Par L'Economiste | Edition N°:38 Le 16/07/1992 | Partager

Après le Mexique, le Venezuela, l'Argentine et les Philippines, c'est au tour du Brésil d'obtenir de ses banques créancières une réduction de sa dette bancaire, en application du plan Brady lancé en Mars 1989. Le Mexique a été le premier bénéficiaire de la formule en Juillet 1989.

L'accord brésilien porte sur une réduction de 44 milliards de Dollars de dettes à moyen et long termes contractées auprès des bancaires. Ce montant représente 35% de la dette commerciale du pays.

Cet accord devrait permettre au Brésil de retrouver une meilleure place sur les marchés financiers internationaux. Sa dette extérieure, qui atteint 122 milliards de Dollars, est de loin la plus importante du monde en développement. Vu son énormité, les détails de l'accord, qui était en chantier depuis déjà plusieurs, mois, ont été difficiles à fixer. Outre la période de trente ans accordée au Brésil pour rembourser la totalité de sa dette, le contrat propose aux banques six options, notamment "un échange des anciennes créances contre de nouvelles obligations à coupon zéro et à valeur réduite garanties par le Trésor américain, un échange "au pair" de créances contre des obligations à taux d'intérêt réduit, un apport d'argent frais ...".

Le Brésil s'est par ailleurs engagé à payer 50% des arriérés dès que le congrès en approuvera le principe. Le fonds de garantie alimenté par le Brésil, le FMI et les banques sera mis en oeuvre dans deux ans.
Cette restructuration couronne "la politique d'insertion dans l'économie mondiale engagée par le président Fernando Coller en Mars 1990.

En Janvier dernier, le FMI avait déjà montré sa volonté d'aider le Brésil en lui accordant un prêt stand-by de 2,1 milliards de Dollars, ce qui lui a ouvert la voie à un rééchelonnement de 11 des 21 milliards de Dollars de sa dette publique à des conditions favorables.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc