×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Bouygues-Bymaro et l'assainissement de la baie de Casablanca : Un dépassement du marché de 146 millions de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:156 Le 01/12/1994 | Partager

    LE projet d'assainissement de la baie de Casablanca(1), réalisé par le groupement Bouygues-Bymaro, doit être réceptionné très prochainement. Le dernier émissaire a été déposé en mer le 30 novembre dernier.

    La station de pré-traitement est entrée en fonction à partir du 7 septembre dans le but de respecter les délais contractuels. Un exécutoire provisoire a été installé, déversant les eaux traitées à 2.000 mètres au large. Le groupement Bouygues-Bymaro assurera la garantie de l'ouvrage pour une année. Pour cela, tous les engins seront maintenus sur place.

    Le chantier de l'assainissement de la baie de Casablanca est un marché au bordereau, autrement dit facturé aux quantités réalisées (terrassement, utilisation de béton...). Le dépassement du montant du marché est estimé à environ 20% du coût total (730 millions de DH), soit 146 millions de DH. En principe, le dépassement des montants devient litigieux lorsque celui-ci dépasse 30% du montant du projet.

    "Le chantier est très difficile. C'est la première fois qu'un émissaire de ce diamètre (2,10 m) et de cette longueur (3.600 m) est construit et de surcroît dans l'Océan Atlantique sur une surface rocheuse", explique M. Aldo Carbonaro, administrateur délégué de Bymaro.

    Malgré la comptabilisation de ce dépassement, Bymaro, qui y participe à hauteur de 28%, accumulera des pertes sur ce projet, certifie M. Carbonaro. Le problème est que, par rapport aux études réalisées en 1982 par un groupement dont une filiale de Lyonnaise des Eaux, la houle s'est avérée inférieure à ce qu'on avait prévu.

    La difficulté la plus importante consisté dans la stabilisation des tuyaux dans le fonds marin. Compte tenu des études réalisées en 1982, le système retenu au départ était celui d'une couverture en béton souple qui prendrait la forme du tuyau et du fond marin. Mais la houle étant plus forte que l'hypothèse de départ, le procédé fut modifié. Le nouveau système utilisé a consisté à fixer les tuyaux par des blocs de béton de 54 tonnes chacun, mis à cheval sur les tuyaux et le fond marin.

    Par ailleurs, l'aléa le plus important a été les intempéries océano-météorologiques. A titre d'exemple, depuis le début de l'année, l'entreprise a connu 180 jours d'intempéries. En effet, dès que la houle dépasse 2 mètres, la pose dans le fond marin devient impossible.

    "Le prix des matériaux immobilisés a contribué également au dépassement du montant fixé initialement", précise M. Carbonaro. La barge, à partir de laquelle sont déposés les émissaires, regroupait 240 personnes dont 68 étrangers qui y demeurait en permanence durant un mois et demi.

    Pour les 14 hectares gagnés sur la mer, un plan de viabilité du projet est en cours d'élaboration par Bymaro pour le compte de l'Agence Urbaine. Ils s'agira de la commercialisation d'environ 70.000 m2 en zone immeuble R+7.

    Le projet ainsi réalisé de l'assainissement de la baie de Casablanca est une première phase du projet global. La deuxième étape consistera à transporter les eaux traitées vers une station d'épuration récupérées pour les besoins de l'agriculture. Cette deuxième phase est prévue pour 2004-2005.

    Bymaro compte aujourd'hui 925 ouvriers permanents, 23 personnes d'encadrement et 32 au siège. L'entreprise réalisera d'ici fin 1994 un chiffre d'affaires de 350 millions de DH, deux fois supérieur à celui de l'année passé.

    Laïla TRIKI.

    (1) Cf l'Economiste du 2 septembre 1993.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc