×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Bouteflika sommé de partir

Par L'Economiste | Edition N°:1678 Le 07/01/2004 | Partager

. Une pétition du Forum Démocratique des Forces Patriotiques circuleL'étau se resserre autour de Bouteflika. Le quotidien algérien Le Matin a publié hier mardi une pétition du Forum Démocratique des Forces Patriotiques, constitué le 1er janvier 2004, demandant la fin de la “dictature” Bouteflika. Cette pétition vise le rassemblement d'un million de signatures. D'après le quotidien, les premiers signataires englobent d'importantes personnalités politiques, d'anciennes figures emblématiques du monde sportif, d'anciens ministres, des membres de l'armée… tous exigent le départ inconditionnel de Bouteflika. Les présidentielles algériennes se préparent dans un climat très tendu. Un duel oppose les membres du FLN au président algérien accusé d'avoir enfreint les règles de la démocratie. Pour rappel, la justice algérienne avait ordonné mardi dernier le gel de toutes les activités du FLN, à la suite d'une plainte déposée par des militants du mouvement de “redressement” du FLN opposés à son actuel secrétaire général Ali Benflis. Dimanche dernier, quelques dizaines de manifestants menés par des députés du Front de Libération Nationale (FLN, ex-parti unique) ont manifesté à Alger pour dénoncer cette décision.  Sur un autre registre, l'assemblée nationale algérienne avait voté hier mardi des amendements à la loi électorale supprimant notamment le vote dans les casernes des corps constitués, en prévision de l'élection présidentielle d'avril prochain. Ainsi, les militaires, gendarmes, policiers, gardes communaux, pompiers et douaniers ne pourront plus voter dans les “bureaux spéciaux”, installés dans les casernes comme ils le faisaient auparavant. Cet amendement constitue l'aboutissement d'une ancienne revendication de l'opposition, qui estimait que le vote de ces corps constitués était incontrôlable. L'assemblée a rejeté une autre demande de l'opposition de supprimer les “bureaux itinérants” des nomades des steppes et du Sahara mais en a réduit le nombre.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc