×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Bourses arabes: L'effet pétrole

    Par L'Economiste | Edition N°:400 Le 15/12/1998 | Partager

    Baisse généralisée sur les principales bourses arabes. L'activité boursière de la semaine écoulée a été très affectée par l'effondrement des prix du pétrole (voir aussi article en page 14). Selon des experts, les pays du Golfe doivent réagir pour éviter une crise économique. «Les pays du Golfe ont un choix douloureux à faire, ils avaient habitué leur population aux subventions et ce mode de vie doit changer», est-il expliqué.
    La crise se traduirait d'abord par une pression sur les taux de change des monnaies des pays de la région, dont les recettes budgétaires dépendent de 50 à 90% du pétrole. Ceci en plus d'une dépréciation de leur bourse, qui a déjà commencé et qui devrait s'accentuer. Au terme de la semaine dernière, le marché boursier des Emirats Arabes Unis a essuyé la plus grosse perte, l'indice NBAD (National Bank of Abu Dhabi) enregistrant une baisse de 6,8 pour clôturer à 3.478,30 points. Pour sa part, la Bourse saoudienne, premier marché arabe en termes de capitalisation, a perdu 5,8%.
    L'indice du Centre National des Informations Financières et Economiques (NCFEI) a terminé à 135,59 points, contre 143,88 la semaine d'avant. Selon les observateurs, «les investisseurs ont vendu leurs actions par crainte que la chute des cours du pétrole n'affecte la performance des compagnies saoudiennes».

    Même scénario à la Bourse du Koweit, classée deuxième en termes de capitalisation. L'indice KSE a régressé cette semaine de 6,7%, atteignant son niveau le plus bas depuis juillet 1996.
    Ce qui lui fait une baisse de 39,4% depuis le début de l'année et de 43,4% depuis novembre 1997. La Bourse omanaise, elle, a perdu 4,8%, l'indice MSM (Muscat Securities Market) clôturant à 241.92 points.
    Le coup de froid n'a pas épargné non plus le Qatar où l'indice DSM (Doha Stock Market) a perdu 0,5% à 134,32 points, et la Bourse bahreinie qui est tombée à 2.148,98 points. La place marocaine a également fléchi de 0,6% pour clôturer à 797,54 points, alors que l'index de la Bourse égyptienne ESE (Egyptian Stock Exchange) perdait 0,7% pour terminer à 418,83 points.
    Au Liban, l'indice BLOM de la Banque du Liban et d'Outre-Mer a perdu 1,5% à 891,48 points, tandis qu'en Tunisie, l'index BVM a perdu 1,7%, terminant la semaine à 456,19 points. Les seules rescapées ont été les Bourses jordanienne et palestinienne qui ont enregistré une faible hausse. L'indice AFM (Amman Financial Market) a gagné 0,5%, clôturant à 165,79 points et l'index Jérusalem a progressé de 0,1%, à 158,82 points.

    Hanaâ FOULANI (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc