×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Bourse: Sothema se jette à l’eau

Par L'Economiste | Edition N°:1940 Le 18/01/2005 | Partager

. La part du capital à céder n’est pas encore connue . C’est la première pharmaceutique à être cotéeC’est aujourd’hui que l’introduction en Bourse de Sothema sera annoncée officiellement. Prévue pour fin 2004, cette opération a été repoussée à cause du recrutement de Maroc Telecom. Pour l’instant, la part du capital qui sera mise sur le marché n’est pas encore connue. “Cette information fait partie des caractéristiques qui ne sont pas encore décidées”, est-il indiqué du côté du CDVM. Ce dernier a visé, vendredi 14 janvier, une note d’information préliminaire. La procédure est la même que pour IAM. Sothema publie une note préliminaire pour sonder le marché. “Les responsables de la société veulent d’abord avoir une idée sur la façon dont réagira le marché avant de se lancer”, expliquent les responsables de l’opération au niveau du Conseil. C’est la première entreprise pharmaceutique à aller en Bourse. “L’ouverture du capital va nous permettre d’échapper à l’image de PME traditionnelle familiale renfermée sur elle-même”, est-il expliqué auprès de Sothema. Le management compte également accroître la notoriété de l’entreprise, permettre une meilleure liquidité du capital afin d’assurer sa pérennité et faciliter le recours à des financements externes. Ceci grâce à un accès direct aux marchés financiers. Tous les fondamentaux de la société ont été passés au peigne fin dans la note d’information. Ainsi, en matière de risques afférents aux marchés publics, avec lesquels elle traite essentiellement, Sothema est assez prémunie. L’activité du laboratoire sur le marché public est concentrée sur l’insuline et le sérum en poches souples. “Les ventes réalisées sont soumises aux règles d’appels d’offres qui portent sur des besoins couvrant des périodes ne dépassant généralement pas une année”, est-il indiqué dans la note préliminaire. Les délais de paiement de l’Etat sont variables et dépendent des dates de livraison, mais ils ne dépassent pas une année. Pour faire face à la volatilité de ce marché, Sothema a développé un partenariat avec Lilly, laboratoire international, ce qui leur permet de bénéficier d’un avantage compétitif, en termes de technologie et de prix, par rapport aux autres laboratoires nationaux ayant recours à l’importation. . Risque de changePour ce qui est du risque contractuel, les relations entre Sothema et ses partenaires se déroulent dans un cadre réglementaire qui définit les obligations réciproques et les conditions de transfert de savoir-faire et de technologie. Les responsables rappellent que, depuis leur création en 1976, les laboratoires n’ont jamais perdu de carte auprès d’un commettant, ni subi de contrôle défavorable de la part des partenaires. Concernant le risque de change, Sothema effectue la majorité de ses approvisionnements (matières premières et produits finis) à l’étranger, soit 88% en 2003. La société est donc fortement exposée aux fluctuations du taux de change. Or, elle effectue une moitié de ses importations en dollar et l’autre en euros. Partant du constat que ces deux monnaies évoluent structurellement en sens opposé et de manière quasi proportionnelle, Sothema est couverte contre le risque de change. Quant aux conflits sociaux, le dernier qu’a connu le laboratoire remonte à 1998. Le personnel a été tout de même en grève pendant deux mois, suite au recrutement d’un certain nombre de temporaires. Ce type de recrutement a ensuite été totalement admis par les syndicats. La société a même réussi à pallier ce conflit en obtenant une autorisation du ministère de la Santé d’importer des produits finis en cas de rupture de stock. Côté chiffres, ses résultats progressent tout doucement d’année en année. Ainsi, le chiffre d’affaires est passé de 383 millions en 2002 à 503 millions en 2003. Le résultat net a, pour sa part, augmenté de 35 millions à 46 millions de DH entre les deux années. La firme pharmaceutique affiche un capital social de 100 millions de DH et emploie 550 personnes dont 65 cadres. Fédoua TOUNASSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc