×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Bourse: Petit volume

    Par L'Economiste | Edition N°:870 Le 10/10/2000 | Partager

    La place casablancaise continue sur son trend baissier. L’indice ne réagit toujours pas à l’annonce des résultats semestriels globalement en progression ni à celle des mesures en faveur de la bourse. Il a clôturé la première séance de la semaine avec une légère hausse de 0,02% à 742,02 points ramenant ainsi sa contre-performance annuelle à -6,83%.Les volumes sont de plus en plus faibles. Le chiffre d’affaires enregistré sur le marché central n’a pas dépassé 23 millions dopé essentiellement par les transactions opérées sur le titre BCM (23%). La bancaire a vu 3.013 de ses actions changer de main à un cours de 909 DH. Sur le registre des variations, la balance a plutôt penché vers les baisses. Sur les 30 valeurs qui ont traité 14 étaient en baisse contre 9 en hausse et 7 stagnations.La plus forte baisse a été subie par Wafa Assurances (3,31%) et la plus forte hausse a été enregistrée par Auto Nejma (3,37%).Quant au marché de blocs, aucune opération n’y a transité hier. Parmi les mesures de relance de la place boursière, figure la création d’un système de plan d’épargne par action qui correspond à un compte en actions dont les fonctionnalités sont fixées comme suit: le plafond à 300.000 DH et la durée d’exonération sur les profits à 8 ans. Néanmoins les retraits effectués au-delà de 5 ans entraînent la fermeture du compte, mais font bénéficier le titulaire d’une exonération de la taxe sur les dividendes (TPA) et de la taxe sur les plus-values de cession. En revanche, au-delà de 8 ans, il est possible d’y effectuer des retraits tout en bénéficiant des mesures fiscales incitatives énoncées précédemment.


    Les bourses internationales
    . Londres: ChuteLa Bourse de Londres a terminé lundi en forte baisse de près de 2%, entraînée vers le bas par les valeurs des télécommunications et de la technologie dans la foulée du Nasdaq. A la fermeture du marché, l’indice Footsie des 100 principales valeurs affichait une chute de 126,4 points, soit 1,97%, à 6.264,8 points, par rapport à vendredi. Les valeurs de la technologie ont subi le contrecoup de la chute du Nasdaq, qui perdait 2,98% vers 15h GMT, après -3,20% vendredi. . New York: BaisseLe principal indicateur de Wall Street, le DJIA, perdait 34,03 points (-0,32%) à 10.562,51 points lundi à la mi-journée, et l’indice composite de la bourse électronique Nasdaq reculait de 70,02 points (-2,08%) à 3.290,99 points vers 16h20 GMT. L’indice Standard and Poor’s des 500 valeurs cédait 10,83 points (-0,77%) à 1.398,16 points. Après un sursaut du DJIA en début de journée, le marché dans son ensemble continuait sur la tendance de vendredi, alors que de nombreux opérateurs sont absents en raison de la célébration de la fête juive du Grand Pardon. . Paris: Descente marquéeLa Bourse de Paris a fini en net recul lundi, frappée comme les autres places européennes par la correction du Nasdaq, les investisseurs se délestant de la plupart des valeurs TMT (télécoms/médias/télécoms), pour plébisciter les titres sûrs de l’ancienne économie, selon les opérateurs. Après avoir ouvert en recul de 0,61%, l’indice CAC 40 a régulièrement accru ses pertes et fait une incursion au-dessous des 6.100 points (6.082,79 points) avant de terminer sur une perte de 2,37% à 6.110,06 points.F. T. (AFP)
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc