×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Bourse: Le legs de Ouali Alami

    Par L'Economiste | Edition N°:907 Le 01/12/2000 | Partager

    . Désignation aujourd'hui des membres du Conseil de surveillance et du directoire. Bilan positif, malgré la morosité du marché et l'absence d'introductions en bourseAujourd'hui 1er décembre marquera un nouveau tournant dans la vie de la Société de Bourse des Valeurs de Casablanca (SBVC). C'est en effet aujourd'hui que se tient l'Assemblée Générale Extraordinaire qui doit entériner les nouveaux statuts et désigner les membres du Conseil de surveillance et du directoire. C'est aussi aujourd'hui que s'achève le mandat du troisième président de la Bourse depuis que sa gestion est privée(1). L'heure est au bilan.M. Rachid Ouali Alami, qui a décidé de ne pas se représenter, a pris les rênes de la société gestionnaire le 6 août 1999. Quelques mois plus tard, la place est entrée dans une sphère baissière qui persiste encore. Hasard ou malchance, l'ère Ouali Alami n'est pas celle des performances spectaculaires de la place casablancaise. Ceci lui a valu quelques critiques corsées. Pourtant, le président sortant a été fidèle à son plan d'action et a réussi à boucler des chantiers qui ont traîné pendant des années. A sa nomination, il a beaucoup insisté sur la communication. «Parmi les tâches qui incombent à la bourse en tant qu'institution, c'est de pouvoir informer, sensibiliser et former les gens sur les rouages et le fonctionnement du marché«, disait-il. Promesse tenue, puisque plusieurs actions ont été menées dans ce sens: Premier Salon de la Bourse, Ecole de la Bourse, visites organisées de professionnels et d'hommes d'affaires à la salle de cotation, campagnes publicitaires et de sensibilisation, formations spécialisées, rencontres avec les responsables de chambres de commerce et de l'industrie…L'autre grand axe du programme d'action de M. Alami était la consolidation de la réforme et la modernisation de la Bourse. Là aussi, le président a tenu parole. Les efforts ont été déployés pour que les délais soient respectés. Aujourd'hui, l'harmonisation des statuts, conformément à la loi sur les sociétés anonymes, est chose faite. Les problèmes d'apurement des suspens sont à leur phase finale et la date de démarrage du système cible (compensation, garantie de bonne fin, règlement-livraison simultané) a été fixé par les autorités de marché au début 2001.Quant au recrutement à la cote de nouvelles sociétés, beaucoup de mesures incitatives ont été mises en place. La Bourse a donné l'exemple en supprimant ses commissions sur les introductions en bourse pour les années 2000 et 2001. Le gouvernement lui a emboîté le pas en accordant des incitations fiscales intéressantes aux candidates à la cote. Une mesure renforcée par l'ouverture de la Bourse aux PME-PMI et aux services publics à travers la création du nouveau marché.Si le mandat Ouali Alami n'est pas celui des plus-values explosives, il aura au moins été celui du consensus et de l'ouverture du dialogue entre professionnels et autorités de tutelle. H. F.(1) Il a succédé à MM. Zouheir Bensaïd (MIT) et Amyne Alami (CFG).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc