×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Bourse: La phase de cotation revisitée

    Par L'Economiste | Edition N°:3140 Le 30/10/2009 | Partager

    . Un délai supplémentaire de cinq minutes accordé aux investisseurs après le fixing . Cette nouvelle méthode devra impacter positivement la volumétrieUNE nouvelle phase de cotation fera désormais partie de la séance boursière quotidienne. Celle-ci est appelée « phase du dernier cours». Concrètement, celle-ci offre la possibilité aux investisseurs à la Bourse de traiter une valeur jusqu’à cinq minutes après le fixing, c’est-à-dire après 15h30, heure normale où la clôture de la séance boursière s’effectue. «Nous avons tous les jours des ordres qui ne sont pas exécutés parce qu’il n’y a plus de contreparties après la fin d’une séance boursière. Désormais, nous allons rajouter cinq minutes supplémentaires au temps habituel de cotation. Ainsi, toutes les demandes non satisfaites et partiellement exécutées de la séance pourront être traitées à chaque fois que subsiste un reliquat», indique-t-on à la Bourse de Casablanca. Ce nouveau système, qui germait depuis quelques mois déjà chez le management de la Bourse, entrera en application à partir de la séance du 2 novembre prochain. Cependant, la méthode ne sera pas appliquée à tout va et de façon similaire à toutes les transactions.En effet, les ordres de vente ne seront techniquement exécutés que dans les cas où la limite du titre par l’investisseur sera inférieure ou égale au dernier cours du fixing.Ainsi par exemple, si un investisseur place un ordre de vente pour une valeur à 600 DH, et que le dernier cours de clôture affiche 605 DH, son ordre sera automatiquement exécuté. En revanche, si cet ordre s’affiche comme supérieur au dernier cours, il ne pourra pas être pris en compte. De plus, cette méthode ne s’applique pas à toutes les valeurs cotées, mais uniquement à celles en continu, autrement dit aux valeurs les plus liquides sur le marché. La procédure ne sera pas non plus utilisable sur le marché des blocs. En outre, elle ne concerne pas les valeurs réservées à la hausse ou à la baisse. Enfin, dans le cas où le nombre des achats et des titres demandés excèderait le nombre satisfait durant les cinq dernières minutes, le reliquat sera systématiquement reporté à la séance suivante, tout en maintenant la fameuse formule du «premier demandeur, premier servi». Les opérateurs à la Bourse des valeurs pensent d’ailleurs que ces cinq minutes supplémentaires pourraient avoir un effet non négligeable sur la volumétrie traitée à la Bourse de façon générale. Il faut dire que cette dernière avait été plutôt rudement malmenée ces derniers mois.Notons que cette nouvelle méthode intervient dans la continuité du système d’information installé depuis l’année dernière et qui permet de traiter un certain nombre d’ordres qui ne sont pas nécessairement exécutés par le marché. D’ailleurs à ce niveau et pour rappel, plusieurs formations destinées aux intervenants de la place avaient été dispensées entre juin et octobre. Elles avaient principalement été axées sur le suivi des cotations dites de dernier cours.Et il semble bien que ce ne soit pas encore fini. Sur la place financière, on pense que d’autres possibilités de traitement d’ordre et de remaniement des phases de cotation pourraient être introduites durant les prochains mois, et cela « au fur et à mesure que tous les intervenants du marché seront définitivement formés à tous les nouveaux systèmes de suivi».Mohamed MOUNADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc