×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Bourse en septembre
Résultats satisfaisants et indices volatils

Par L'Economiste | Edition N°:2623 Le 03/10/2007 | Partager

. Aucune introduction ne s’est concrétisée. Fort engouement pour CGI et Addoha . Gros volume sur l’obligataireENCORE une fois, le marché boursier a démenti les pronostics de ses opérateurs. Aucune des quatre nouvelles recrues attendues début septembre n’a intégré la cote. Seule Atlanta a annoncé son introduction en Bourse pour le 16 octobre. Le marché n’a pas encore de visibilité par rapport à la date des trois autres opérations, à savoir Snep, Salafin et Stokvis. Selon nos sources, la filiale du groupe Chaâbi devrait sauter le pas fin octobre (cf.www.leconomiste.com). En termes de résultats, les sociétés cotées ont tenu toutes leurs promesses. Les publications, opérées en majorité durant la deuxième quinzaine de septembre, font état de chiffres semestriels conformes aux anticipations des opérateurs boursiers. Cela permet de renforcer la confiance des investisseurs dans les valeurs cotées. Dans ce contexte, les transactions de septembre ont été marquées par une forte volatilité. Les deux indices ont démarré le mois dernier en forte hausse avant de basculer dans le rouge durant les deuxième et troisième semaines. Le marché s’est ressaisi en fin du mois pour clôturer sur une légère progression (+1,54% pour le Masi et 1,71% pour le Madex). Les progressions annuelles se rapprochent ainsi des 40% (35,23% pour le premier indice et 36,44% pour le second). La capitalisation boursière ressort à 575 milliards de DH à fin septembre. A noter que les plus fortes variations à la hausse et à la baisse concernent Wafa Assurance (+14,63% à 2.350 DH) et Cartier Saâda (-16,65% à 220,05 DH).Trois facteurs expliquent la volatilité des indices en septembre, selon des analystes. D’abord, le fort engouement pour les deux valeurs immobilières de la place. CGI a encore drainé le plus gros volume du mois (8,3 milliards de DH). Après une série de baisses en début du mois, son cours a clôturé en hausse de 7,06% à 2.425 DH. Addoha arrive loin derrière en termes de volume avec 4,9 milliards de DH. Son cours a progressé de 10,22% à 3.375 DH. A noter que l’intérêt des investisseurs s’est orienté en fin de mois vers BMCE Bank qui a pris 5,64% à 2.998 DH pour un chiffre d’affaires qui frise les 4,5 milliards de DH. Cette tendance est en partie liée aux résultats satisfaisants du groupe. Mais les analystes tablent sur une annonce stratégique imminente. «Il n’y a pas de fumée sans feu», disent-ils. Le retrait de cash et les arbitrages liés à l’introduction en Bourse d’Atlanta sont le deuxième facteur de volatilité du marché. L’importance de l’opération (1,2 milliard de DH) conforte cette tendance. La volatilité est également alimentée par l’anticipation des résultats semestriels. Les spéculateurs sont à l’origine de ce phénomène. Ils se basent sur leurs prévisions pour acheter des titres et les revendre avec une importante plus-value, si leurs anticipations se concrétisent. Côté volume, les transactions de septembre ont drainé 25,5 milliards de DH, dont 309 millions seulement sur le marché de blocs. L’échange de 26.000 actions Attijariwafa bank à 3.000 DH l’une a dominé les transactions de ce compartiment. A noter que le marché obligataire a drainé un volume exceptionnel en septembre (1 milliard de DH), dominé en grande partie par les titres CIH. Par ailleurs, CGI, Addoha concentrent la moitié du volume sur le marché central actions. Cela traduit le grand intérêt des investisseurs pour ces deux titres. Les positions à la vente sont principalement initiées par les particuliers et les spéculateurs. En revanche, de gros institutionnels se positionnent à l’achat afin de garder les actions en fond de portefeuille, selon des analystes. Pour maintenir l’intérêt des investisseurs, les dirigeants des deux entreprises se doivent de poursuivre leurs annonces stratégiques. Une stratégie qu’Addoha réussit à mener depuis son introduction à la cote en juillet 2006. Les analystes s’attendent d’ailleurs à une révision du business plan suite au partenariat avec l’espagnol Fadesa. CGI est tenue de faire autant en termes d’annonces pour continuer sur sa lancée. Dans cette stratégie, le timing est un facteur déterminant. Comment se dérouleront les transactions ce mois-ci? Les indices devraient maintenir leur tendance volatile en attendant les introductions en Bourse. Une fois cotées, les nouvelles recrues dynamisent les volumes et tirent les indices vers le haut.Nouaim SQALLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc