×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Bourse: 5% de hausse en un mois

Par L'Economiste | Edition N°:2164 Le 05/12/2005 | Partager

. La cote réalise en novembre le quart de la performance annuelle. 49 valeurs en hausse et 4 en léger retrait. Les petites capitalisations s’envolentLa Bourse a pris de la hauteur en novembre, gagnant le quart de ses performances annuelles. Le Masi (l’indice qui reprend toutes les valeurs) s’est envolé de 5,34% à 5.560,16 points et le Madex (les valeurs les plus liquides) de 5,19% à 4.355,56 points. Leurs gains annuels cumulent respectivement de 22,96 et 23,65%. La capitalisation gagne autant à 253,53 milliards de DH. Les volumes explosent avec 3,74 milliards de DH sur le marché central et 365,89 millions sur celui de blocs. On compte 49 valeurs en forte hausse, 2 sont restées même niveau et 4 sont en léger recul au terme du mois écoulé. Derrière cette montée se profile notamment celle des petites capitalisations. Au sein du Masi, des valeurs comme Diac Salaf, Papelera de Tetuan, Berliet, IB Maroc, La Marocaine Vie, Maghreb Oxygène, Auto Hall, Nexans ou encore la Société Chérifienne des Engrais explosent avec des hausses entre 18,82 et 84,48% sur le mois. Il n’y a pas que la crainte pour certaines de ces sociétés d’être radiées de la cote qui met le feu à leurs cours, dans de gros volumes. Ou encore celle de marquer les nouveaux cours en attendant l’éventuelle refiscalisation des plus-values boursières dès janvier 2006. C’est ce qui ressort d’ailleurs en novembre pour les valeurs Diac Salaf, Papelera de Tetuan, IB Maroc et La Marocaine Vie qui ont fait l’objet d’allers-retours sur le marché de blocs. Mais aussi un effet de rattrapage des investisseurs par rapport au reste des valeurs de la cote, notamment les grosses capitalisations. Pour convaincre, un trader de CFG Group fait remarquer qu’une valeur comme IB Maroc a vu son flottant tourner 3 fois en bourse durant le mois de novembre.Quelques investisseurs ont des inquiétudes par rapport à cette tendance haussière des petites capitalisations jusque-là peu actives sur le marché: «On y voit beaucoup plus une gymnastique de soutien des cours qu’une tendance de fond». Pour rassurer, un autre trader souligne «qu’au-delà des allers-retours sur certaines valeurs, les spéculateurs ne peuvent intervenir avec des volumes aussi importants». La cote a profité également de la bonne prestation de ses poids lourds, parmi lesquels on soulignera particulièrement Managem, Sonasid, ONA, SNI, Cosumar (+11,11% à 1.000 DH), Wafa Assurance (7,57% à 682 DH), Samir, Maroc Telecom, Attijariwafa, Holcim, BCP et BMCE Bank. . Les valeurs à suivreTrois opérations retiennent l’attention depuis début novembre. Il s’agit d’une éventuelle montée du français Arcelor dans le capital de Sonasid à travers une OPA. L’information n’a pas encore fait l’objet de communiqué de la part de la société, une obligation réglementaire depuis le 15 octobre. Même le CDVM, qui peut exiger des sociétés cotées à émettre un communiqué de presse lorsque des rumeurs ou informations importantes peuvent impacter le cours boursier, n’a pas encore réagi. Selon nos informations, il y a eu bel et bien plusieurs contacts entre le CDVM et Sonasid dans ce sens et le sidérurgiste devrait communiquer incessamment sur son projet avec Arcelor. En tout cas, la perspective (non encore confirmée officiellement: on attend le communiqué demandé par le CDVM à Sonasid) a profité aussi bien au sidérurgiste qu’à son actionnaire de référence SNI et le groupe ONA. Sonasid a pris 16,45% à 1.055 DH du 25 au 30 novembre pour un cumul mensuel de transactions de 339,813 millions de DH. SNI et ONA ont gagné, quant à eux, 12,19 et 6,12% à 1.040 DH dans des volumes respectifs de 109,95 et 327,71 millions de DH.Selon Attijari Intermédiation, le titre ONA a encore un potentiel de hausse jusqu’à un objectif de cours de 1.224 DH. La société de bourse conseille d’ailleurs le titre à l’achat, en s’appuyant sur la bonne stratégie actuelle du groupe, qui dispose des capacités nécessaires pour atteindre un meilleur niveau de rentabilité permettant à son titre de retrouver le chemin de la croissance en bourse (www.leconomiste.com). Sa filiale Managem est également au-devant de la scène après avoir annoncé, le 29 novembre, la conclusion avec Georesources Exploration Ltd d’une entente conditionnelle pour la vente des 52% détenus dans sa filiale canadienne Semafo. La minière a gagné 17,88% à 350 DH, une performance portée par la bonne rentabilité attendue de cette vente. La valeur CIH, elle, continue de profiter de la montée dans son capital de la Caisse de Dépôt et de Gestion. L’annonce d’un échéancier pour le lancement de l’OPA et l’augmentation de capital a rassuré les investisseurs. La valeur retrouve de l’intérêt, en gagnant 15% à 69 DH dans un volume mensuel de 143 millions de DH. Un niveau de cours supérieur de 19 DH aux 50 DH l’action offerts dans le cadre de l’OPA de la CDG. Samir surfe sur de belles vagues en bourse compte tenu d’un éventuel retour au système d’indexation du prix de pétrole. La mesure, si elle passe, profiterait fortement aux finances de la compagnie en 2006. Les spéculations des investisseurs sur cette éventualité font gagner à la valeur 5,36% à 590 DH avec un volume mensuel important de 220 millions de DH.Parmi les trois rares victimes en bourse du mois de novembre, on trouve Lesieur, qui recule de 2,91% à 1.000 DH pour un volume de transactions de 21,3 millions de DH. La filiale oléicole du groupe ONA est malmenée en raison de la concurrence féroce que lui livre Savola. Sur la même pente DARI, Agma Lahlou-Tazi et Lydec. La société agroalimentaire laisse 1,94% à 457,95 DH dans un volume de 18,48 millions de DH. Le courtier en assurance perd 1,18% à 3.014 DH pour 11,82 millions de DH de transactions. Enfin Lydec recule légèrement de 0,2% à 353 DH.


L’embellie se poursuivra

Ce mois-ci, la cote devra continuer sur son trend ascendant. Le marché met en avant la tendance haussière de fond qui se dessine depuis juillet. Des traders et analystes financiers estiment que le potentiel des petites capitalisations s’épuise et que ce sont les grosses capitalisations qui prendront le relais durant ce mois. Le marché met dans la balance notamment les projets d’Arcelor avec Sonasid, la CDG et le CIH et celui de Managem et Semafo.


Fiscalité des plus values: Grosse colère

Les financiers sont sous le choc. Les avantages, prévus par la fiscalité des plus values sur cessions des titres de participation réalisées par les personnes morales marocaines et étrangères, sont compromis. Le projet de loi de Finance 2006 voté à la première chambre supprime les abattements liés à la durée de détention et l’exonération applicable sous condition de réinvestissement du produit global des cessions.En outre, l’exonération totale de ces opérations réalisées par des sociétés non résidentes serait limitée aux cessions de valeurs mobilières cotées à la bourse, à condition qu’il ne s’agisse pas de sociétés à prépondérance immobilière.Les investisseurs et fonds étrangers risquent de prendre la poudre d’escampette avant même que la seconde chambre n’approuve le projet de Budget! B.E.Y

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc