×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

Bons résultats des mutuelles françaises

Par L'Economiste | Edition N°:284 Le 12/06/1997 | Partager

Les mutuelles d'assurances françaises ont engrangé des résultats en forte hausse en 1996, dépassant souvent les 50% de progression, dans un contexte de baisse des tarifs automobile et de recomposition générale du secteur.
La première mutuelle d'assurances française, Groupama, a annoncé le 10 juin un résultat net en hausse de 54% à 1,418 milliard de FF.
La veille, les Mutuelles du Mans avaient annoncé une progression de 31% du bénéfice net à 464 millions de Francs. Auparavant, la palme de la hausse était allée à la Matmut (+90% à 59 MF), suivie de la MAAF (+58% à 504 MF) et du Groupe Azur (+56% à 248 MF), la société de Christian Sastre voyait ce résultat contrebalancé par une baisse de 22% à la GMF à 352 MF. Contre-performance également à la MAIF, où les bénéfices se sont contractés de 25% à 281 millions de Francs.

Des chiffres à mettre toutefois en comparaison avec ceux des assureurs traditionnels: sans compter les pertes de 6,4 milliards de FF de l'UAP et de 5,7 milliards du GAN, AXA a vu son bénéfice ne progresser «que» de 39,5% à 3,8 milliards et les AGF de 41,9% à 1,53 milliard de FF en 1996.
Comme tous les assureurs, les mutuelles ont bénéficié l'an dernier de la bonne santé des marchés financiers, qui a gonflé leurs plus-values. Les résultats techniques sont également en progression grâce à la baisse de la sinistralité: catastrophes naturelles et sinistres climatiques ont été exceptionnellement peu nombreux en 1996.
En assurance automobile, point fort des mutuelles face aux assureurs traditionnels, l'amélioration de la sécurité sur les routes a permis de réduire les charges d'exploitation, mais cet effet a été le plus souvent compensé par la guerre des tarifs.
Reste que les mutuelles devraient pouvoir profiter de l'amélioration de leurs résultats pour participer au mouvement général de restructuration de l'assurance française, relancé fin 1996 par la fusion AXA-UAP. Les mutuelles pourraient aussi jouer un rôle dans le dossier du GAN, dont la privatisation avait été prévue par le précédent gouvernement.

AFP

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc