×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Bons du Trésor: Les «repo« gonflent les volumes sur le marché secondaire

    Par L'Economiste | Edition N°:817 Le 25/07/2000 | Partager

    • Les opérations fermes, réel indicateur du marché, ne représentent que 3% des échangesVOLUMES soutenus sur le marché secondaire des bons du Trésor émis par adjudication. Au terme du mois de juin, 102,13 milliards ont été échangés sur ce compartiment, c'est ce qui ressort des états mensuels communiqués par Bank Al-Maghrib. Ce volume est toutefois à relativiser puisque l'essentiel des transactions correspond à des opérations «repo« (contrats avec engagement de rachat à terme). «La part des opérations fermes, réel indicateur du marché, demeure réduite, totalisant à peine 3% des volumes échangés en général«, précise un intervenant de la place. En clair, sur les 102,1 milliards de DH échangés, près de 1000' milliards correspondent à des «repo«. « L'importance des opérations repo s'ex-plique par des besoins ponctuels et de courte durée formulés par les établissements bancaires durant cette période«, est-il souligné.Par catégorie de cédant, les banques & CDG arrivent en tête avec 52% du montant global échangé, soit 53,36 milliards de DH. Elles sont suivies des OPCVM avec une part de 44,9% et quelque 45,9 milliards échangés. Le reliquat est réparti entre les compagnies d'assurances et organismes de prévoyance (886,12 millions), les sociétés de financement (42,93 millions) et autre clientèle (1,9 milliard).Les bons dont la durée de vie résiduelle est comprise entre 5 et 10 ans ont représenté 36,46% des échanges, soit 37,2 milliards.Ils sont talonnés par ceux dont la maturité se situe entre 366 jours et 2 ans avec 19,97% à 20,39 milliards. Les professionnels sont unanimes. Actuellement, le compartiment est vendeur surtout pour les maturités longues. En fait, la «perturbation« que connaît le marché ces dernières semaines et la tensionexercée sur les taux sur le primaire est à l'origine de cette situation. «Face à la volatilité des taux, les principaux acteurs de ce marché tentent de vendre les maturités longues, mais les acheteurs se font rares«, souligne un analyste obligataire.Cette tendance devrait se poursuivre, puisque les opérateurs anticipent une nouvelle hausse des taux dans les prochaines semaines.Malgré un saut qualitatif et quantitatif de taille, le marché secondaire des bons du Trésor continue de souffrir des mêmes problèmes. Arrive en tête, la non-communication à nos jours du planning des émissions et le poids de l'émetteur (Trésor) dans la fixation du niveau et de la pente de la courbe des taux. S'y ajoutent l'absence d'une référence autre que le jour le jour sur le marché interbancaire ainsi que la faiblesse des opérations fermes, réel indicateur du marché.Y.M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc