×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Boeing s’enfonce dans le rouge

Par L'Economiste | Edition N°:3135 Le 23/10/2009 | Partager

. Toujours plombé par le Dreamliner et le 747 . 1,6 milliard de dollars de pertes au 3e trimestreLe géant de l’aéronautique américain Boeing s’enfonce dans les difficultés liées au développement de son «Dreamliner» et de son cargo 747-8: il a révélé mercredi dernier une perte plus importante que prévu au 3e trimestre et divisé par trois ses prévisions de bénéfice pour 2009.«Les nouvelles de Boeing empirent de mois en mois», a commenté Douglas McIntyre sur le site d’analyses financières 24/7. Boeing a inscrit une perte de 1,6 milliard de dollars au troisième trimestre liée aux difficultés rencontrées par la production du 787, plus connu sous le nom de «Dreamliner», et du nouveau cargo 747-8.Le groupe avait prévenu début octobre qu’il allait essuyer au 3e trimestre une charge exceptionnelle d’un milliard de dollars liée à des «coûts de production accrus» et à un marché «difficile» pour le nouveau cargo, mais la perte dépasse les attentes de Wall Street.En outre, Boeing n’attend plus qu’un bénéfice de 1,35 à 1,55 dollar par action pour l’ensemble de l’année contre 4,7 à 5 dollars précédemment avancés. Une réduction «à couper le souffle», pour Douglas McIntyre. «Nos programmes d’aviation commerciale et de défense continuent à faire face à un contexte difficile», a justifié le PDG Jim McNerney, lors d’une conférence d’analystes.Il a reconnu que les retards à répétition avaient entraîné «quelques annulations de commandes», sans donner de chiffre, et que son groupe devait «faire mieux».Depuis le lancement en 2004 du programme du long-courrier de moyenne capacité «Dreamliner», Boeing accumule retards et problèmes industriels.Lors de la conférence, Jim McNerney a admis que son groupe avait sous-estimé la complexité d’une production incluant une part inédite de matériaux composites et éclatée sur plus de quarante fournisseurs dans le monde.Le 787 doit entrer en concurrence avec l’A350, futur long-courrier de nouvelle génération de l’avionneur européen Airbus, lui aussi plombé par les retards et difficultés. Le nouvel avion-cargo B747-8, plus long de 5 mètres que son prédécesseur pour une capacité supérieure de 16%, est lui destiné à remplacer la gamme vieillissante des 747 face à la concurrence du nouvel Airbus A380.Boeing a indiqué que le premier vol du Dreamliner était toujours prévu pour la fin 2009 et sa première livraison au 4e trimestre 2010. Il fait aussi valoir un carnet de commandes qui représente «près de cinq fois le chiffre d’affaires annuel de l’entreprise, à 320 milliards de dollars».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc