×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Boeing et RAM scellent leur alliance

    Par L'Economiste | Edition N°:913 Le 11/12/2000 | Partager

    . Les partenaires vont s'associer dans l'entretien et la maintenance des avionsLa traditionnelle tournée des responsables du constructeur aéronautique américain avait un caractère exceptionnel cette année. Boeing a dépêché deux de ses ténors au Maroc, M. Allan Mulally, président du Pôle Commercial et Marketing de la firme américaine, et le vice-président, M. Seddik Belyamani. L'objectif était de confirmer la collaboration avec Royal Air Maroc. Ce partenariat consiste en la création d'une unité industrielle de fabrication de composants électriques. Déjà à travers ce projet, on pourrait déceler l'un des arguments qui ont pesé dans la décision de la RAM pour le choix du constructeur américain. Ce dernier a mis tous les atouts de son côté en misant sur un partenariat au lieu de continuer à développer des relations client-fournisseur.Cette association ne s'arrête pas là, puisque Boeing et la RAM viennent également de s'allier dans un joint-venture dédié à l'entretien et à la maintenance des avions. A noter que la RAM est déjà associée à SNECMA, le motoriste français, dans un projet similaire. Confronté à la baisse des marges, Boeing s'est lancé dans les services, notamment la maintenance; une option stratégique pour le groupe. Elle constitue une réponse aux fluctuations cycliques de la demande. Le marché de l'entretien et de la révision concerne quelque 11.000 avions civils dans le monde, dont 85% appartiennent à Boeing. Il y a donc un fabuleux marché derrière. Cette année, Boeing, a livré 492 appareils dans le monde contre 680 avions en 1999. Pour 2001, la firme entend augmenter sa production et compte vendre environ 580 appareils. «Ces fluctuations ne sont pas étonnantes, ce qui est important pour la compagnie, c'est qu'elle continue à livrer 65% des avions du transport aérien mondial«, explique M. Mulally. A ce bilan impressionnant, le constructeur américain vient d'ajouter les 20 appareils du marché de la RAM. La livraison s'échelonnera sur 10 ans. La première sera effectuée en 2003 et la dernière interviendra en 2012. Comme à son habitude, Boeing est resté discret sur les arrangements financiers avec la RAM. Il ne faut pas oublier que Airbus a tout de même réussi à vendre 4 avions à la compagnie aérienne marocaine. La guérilla traditionnelle que se livre Boeing et Airbus n'est pas prête de s'arrêter. Les deux géants de l'aéronautique ne voient pas l'avenir du transport aérien de la même manière. Pour Airbus, l'avenir appartient aux avions gros porteurs, d'où le développement de l'A3XX. De son côté, Boeing estime qu'il n'est pas rentable de créer d'aussi grands avions. Selon M. Mulally: «La taille du marché ne justifie pas le développement d'un nouveau modèle«.Mouna Khamlichi

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc