×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

BNDE: Le plan de redéploiement quasi bouclé

Par L'Economiste | Edition N°:1942 Le 20/01/2005 | Partager

. La banque d’affaire opérationnelle à la fin du premier trimestre 2005. Un plan de redéploiement à 2 milliards de DH. Le personnel du siège sera réduit à 30 d’ici mai Le processus de redéploiement de la BNDE sera bientôt finalisé. Le lancement de la banque d’affaires est prévu pour la fin du premier trimestre de l’année en cours. C’est ce qu’a annoncé Mustapha Bakkoury, directeur général de la CDG, lors d’un point de presse tenu le 18 janvier dans ce qui devrait être le siège de la BNDE. Une manière pour le DG de la Caisse de dire que l’opération initiée en mars 2003 est bien avancée. Toutefois, cette nouvelle structure qui permettra à la CDG d’isoler ses activités financières, «n’entraînera pas la liquidation de la BNDE en tant qu’entité juridique», précise Bakkoury. Qualifiant l’opération de réussie, Ali Harraj, actuel DG de la BNDE, estime qu’elle a permis d’une part l’assainissement financier de la banque et d’autre part la mise en place d’un plan social pour les salariés du siège. Quant au coût de l’opération, dont le pilotage et la mise en œuvre ont été confiés à la CDG, il est évalué à 2 milliards de DH et supporté à hauteur de 30% pour la Caisse et 70% pour l’Etat. Les 30% correspondent en effet à la participation de la CDG au capital social de la banque. Par ailleurs, si la Caisse a participé au redressement de la BNDE, «c’est essentiellement pour préserver ses intérêts. La CDG est, en effet, le principal créancier de la banque avec une dette de 1,5 milliard de DH», précise Bakkoury, en rappelant que l’objectif de départ est de sauver certaines activités de la banque ayant un potentiel de croissance. Notons que le processus de redéploiement de la BNDE a démarré en mars 2003 suite à la signature d’une convention entre l’Etat et la CDG.Outre la création d’une banque d’affaires, le plan prévoit également la cession de l’activité commerciale de la BNDE (agences de la banque et de sa filiale BMAO) au groupe Crédit Agricole. A travers cette reprise, la banque verte entend accélérer le processus de développement de son réseau bancaire. «Ce transfert nous permet de gagner au moins une année pour atteindre notre objectif de 500 points de vente d’ici 2008», souligne Tariq Sijilmassi, PDG du Crédit Agricole.Pour Harraj, le transfert du réseau d’agences de la banque est le chantier le plus lourd du plan de redéploiement dans la mesure où il a nécessité d’importants travaux de préparation. Il s’agit notamment de l’assainissement de chaque agence, la conception du processus de reprise informatique et l’évaluation des différents actifs et passifs concernés. Par ailleurs, les migrations successives des 11 agences se sont étalées sur une période de 4 mois.Evoquant le volet social, le DG de la BNDE a rappelé la conclusion en août 2003 d’un accord cadre avec les partenaires sociaux fixant notamment les conditions et modalités de départ volontaire du personnel du siège ainsi que la mise en œuvre d’un plan de redéploiement du personnel souhaitant être reclassé auprès d’autres établissements. «Jusqu’à présent, plus de 70% du personnel a quitté la banque», indique Hajjar. Ce qui porte l’effectif actuel du siège à 98 personnes, un nombre amené à être réduit progressivement dans les prochains mois. A l’horizon du mois de mai 2005, «une équipe de 30 personnes sera maintenue pour mener à bien le recouvrement des créances en souffrance», ajoute-t-il en rappelant que les efforts déployés dans ce sens ont engendré des rentrées de fonds de plus de 1,4 milliard de DH depuis mars 2003. Ainsi, l’encours global des créances en souffrance s’élève à fin décembre 2004 à plus de 3,8 milliards de DH.Quant à la dette domestique de la BNDE, qui s’élevait à plus de 5 milliards de DH, «elle a été presque totalement rachetée par la CDG et transformée en compte courant», précise Hajjar. Cette opération a réduit la dette à 75 millions de DH.La dette étrangère de son côté est passée de 715 à 58 millions de DH grâce à des négociations de remboursement par anticipation auprès des créanciers concernés.Par ailleurs, les trois augmentations de capital réalisées successivement en décembre 2003, juin et décembre 2004 ont porté le capital social de la BNDE à 1,07 milliard de DH contre 600 millions de DH.D’autres actions ont été menées en parallèle. Il s’agit notamment de la cession des titres de participations et du patrimoine immobilier de la banque. Selon son DG, les premiers, cédés pour une valeur de 1,19 milliard de DH, ont généré à la banque un apport positif d’environ 650 millions de DH. Quant au patrimoine foncier, différents actifs ont été vendus ou sont sur le point d’être encaissés pour environ 70 millions de DH. Les bâtiments abritant le siège de la BNDE et les agences ont été cédés au Crédit Agricole pour un montant total de 160 millions de DH.M. M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc