×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

BMCI: Croissance «sûre et modérée»

Par L'Economiste | Edition N°:1742 Le 07/04/2004 | Partager

. Le bénéfice net est de 327,4 millions de DH. La politique des crédits est une des plus saines de la placeLentement mais sûrement. A l'instar des exercices précédents, BMCI enregistre en 2003 une croissance “sûre mais modérée”. Le PNB enregistre une nette progression, passant de 1,3 milliard de DH à fin décembre 2002 à 1,4 milliard en 2003. La marge d'intérêt, quant à elle, a progressé de 1,085 milliard de DH en 2002 à 1,159 milliard en l'espace d'un an. Quelque peu grevé par la hausse des charges générales d'exploitation, le résultat brut d'exploitation s'établit à 701 millions de DH contre 654,5 millions enregistré à fin 2002. De son côté, le résultat net est excédentaire de 327,4 millions de DH contre 309,8 millions l'exercice précédent.Côté perspectives, la filiale de BNP Paribas est bien partie pour grignoter encore plus de parts de marché. “Restructuration, croissance organique, croissance externe… les chantiers sont multiples au cours des huit dernières années pour la banque”, indiquent les analystes de BMCE Capital. BMCI peut aussi se targuer d'avoir plus d'une corde à son arc, notamment une part de marché étendue sur plusieurs segments d'activité, un réseau de distribution important, une organisation efficiente, un portefeuille assaini. Cette expansion est, selon les analystes, le fruit d'une stratégie de “choc”, caractérisée sur le plan commercial par une offensive sur les marchés porteurs des PME-PMI et des particuliers, mais aussi par une forte dynamique sur le segment des grandes entreprises. “Cette même stratégie devrait permettre à la banque de préserver ses positions commerciales et d'assurer un rythme de croissance positif mais modéré”, est-il souligné du côté de BMCE Capital.Classée cinquième par la taille de ses actifs suite à son absorption en 2001 de ABN Amro, elle ne détient, jusqu'à présent, qu'une part limitée du marché bancaire marocain. En octroi de crédits, cette part se situe à 13%, en collecte de dépôts, elle est de 8,8 et de 14% en matière de commerce extérieur. Affichant l'une des plus fortes rentabilités du marché, ses performances sont soutenues par une marge d'intérêt en progression et par un coût du risque relativement faible. Ce qui reflète une politique de crédit des plus saines. Actuellement, le portefeuille crédits de BMCI est majoritairement composé de grandes entreprises (69%), le reste étant partagé entre les particuliers, entrepreneurs individuels et PME-PMI. La concentration des risques est acceptable avec les 20 plus importants bénéficiaires de crédits représentant 16,4% de l'encours total des crédits à fin juin. La classification des créances répond aux normes de la banque centrale, même si les règles de provisionnement que le groupe français impose à sa filiale sont plus strictes.Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc