×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    BMCI: Année difficile mais rentable

    Par L'Economiste | Edition N°:3240 Le 25/03/2010 | Partager

    . La banque renforce son PNB de plus de 7% en 2009. Le RNPG consolidé ressort à 747 millions de DHTOUT en maîtrisant ses risques, BMCI parvient à afficher des résultats annuels en hausse. Dans un contexte marqué par des tensions sur les liquidités bancaires, la structure des dépôts affiche une amélioration de près de 2 points des ressources non rémunérées à 58,3%. Pour sa part, l’encours consolidé des crédits à la clientèle se bonifie de 7,6% à 51,6 milliards de DH dont 75,4% provenant de l’activité agrégée. Une activité qui marque, cependant, une quasi-stagnation des créances distribuées (+1,3% à 39 milliards de DH) «eu égard à une concurrence accrue combinée à un climat de montée des risques au sein du secteur». Le taux de transformation de l’établissement se fixe à un niveau élevé de 95,3 contre 92,5% en 2008.En dépit de l’élargissement du réseau de 15 nouvelles agences en 2009 (portant le nombre total à 257 représentations), les ressources clientèles consolidées enregistrent un léger repli de près d’1% à 41,3 milliards de DH dont 98,7% émanent de l’activité agrégée.Côté opérationnel, le produit net bancaire réalise une croissance de 7,1% pour s’établir à 2,6 milliards de DH. Contribuant à hauteur de 80,5% dans le PNB, la marge d’intérêt s’améliore de 4,1% à 2,1 milliards de DH. En revanche, la marge sur commissions ressort en quasi-stagnation à 356 millions de DH. Autre contributeur à la formation du PNB à hauteur de 9,6%, le résultat des opérations de marché qui bondit de 48% à 252 millions de DH. Pour leur part, les charges générales d’exploitation limitent leur progression à 7,1% pour s’arrêter à près de 1,1 milliard de DH. D’où un coefficient d’exploitation à stagnation à plus de 40%. Un niveau jugé compétitif par le marché.Au niveau du risque, la filiale du groupe BNP Paribas renforce de plus de 2 fois sa charge de risque consolidée à 342,4 millions de DH. Celle-ci intègre un allègement des reprises de provisions, au niveau des comptes sociaux, pour créances en souffrance de 30,3% à 121 millions de DH. A ce titre, le stock de créances en souffrance demeure équivalent à celui de 2008 pour s’établir à 2,5 milliards. Ce qui fixe le taux de contentieux à 6% et le taux de couverture à 87,5% pour des provisions de 2,2 milliards de DH.Dans ces conditions de renforcement du coût du risque, le RNPG de la banque se replie de 4,3% à 747,3 millions de DH. En revanche, au niveau des comptes sociaux, le résultat net ressort à 806,9 millions de DH en hausse de 10,7%. Compte tenu de ces réalisations, BMCI compte distribuer un dividende unitaire de 50 DH, soit un rendement de 5,43% pour un bénéfice par action de près de 63 DH.M. A. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc