×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Bientôt une plateforme industrielle chinoise au Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:3132 Le 20/10/2009 | Partager

. Les Chinois invités à investir massivement . Important déficit commercial: 93% du taux de couverture détenus par la ChineUne plateforme industrielle dédiée aux investisseurs chinois verra bientôt le jour. D’année en année, les investissements de l’Empire du milieu augmentent considérablement au Maroc. Depuis 2002, les échanges commerciaux entre le Maroc et la Chine connaissent un développement considérable, dépassant en moyenne les 72%. Mis à part le commerce, les Chinois restent très discrets au Maroc. Mais ils investissent de nouveaux créneaux tels que l’importation et le négoce de motocyclettes, les pièces de rechange, le textile, les articles électroménagers, jouets, puériculture, restauration, négoce… Sur un tout autre registre, le Maroc est appelé à réduire le déficit commercial avec la Chine. Le taux de couverture est favorable au pays de Mao qui détient 93%. En 2008, la valeur du volume global des échanges commerciaux était de l’ordre de 2,5 milliards de dollars (hors services et tourisme). Selon le département de Maâzouz, il y a deux manières de réduire le déficit commercial: d’abord, il est impératif de booster le volume des exportations marocaines vers la Chine. L’Empire du milieu a été défini dans la stratégie de Maroc Export Plus comme étant une niche importante aux exportations marocaines. D’autant plus que la Chine est désormais qualifiée de relais de croissance incontournable dans le tourisme mondial. Plus encore, l’usine du monde est en passe de devenir d’ici la fin de l’année le numéro 2 de l’économie mondiale. Pour commencer, le ministre du Commerce extérieur a exploité de nouvelles pistes et les potentialités de nouveaux secteurs à l’export. Il est désormais question d’exporter des volumes importants de phosphates. D’ailleurs, des accords ont été conclus entre l’OCP et une entreprise chinoise. Reste donc à mettre en œuvre ces accords, dont certains datent de 4 ans.L’autre levier à faire jouer pour réduire le déficit commercial passe par le renforcement du partenariat à travers l’implantation d’entreprises et l’augmentation d’investissements chinois au Maroc. Le projet de plateforme industrielle chinoise au Maroc s’inscrit dans cette logique. Le site et la région n’ont pas encore été identifiés. Mais l’idée est dans un stade assez avancé de réflexion, assure-t-on auprès du département de Maâzouz. Des discussions ont été récemment menées à ce sujet avec le ministre du Commerce chinois. Pour aller plus vite dans les échanges et combler le déficit commercial, le marché chinois est appelé à s’ouvrir davantage aux produits marocains. L’offre exportable existe, mais il va falloir la développer et la rendre plus complémentaire. Il est question de produits cosmétiques à valoriser, d’huile d’olive, de tourisme, artisanat…Mais les ambitions des deux pays ne peuvent occulter la qualité des produits tant à l’import qu’à l’export. Pour rappel, de triste mémoire, les importations de chauffe-eau fabriqués en Chine ont laissé de mauvais souvenirs au Maroc. D’année en année, l’on a déploré plusieurs décès dans les salles de bains. Le non-respect des normes d’hygiène, de sécurité et de qualité de produits made in China est souvent décrié dans des produits cosmétiques, des jouets pour enfants de bas âge, des chaussures et articles de sport… C’est dire que des limitations de produits à faible valeur ajoutée ou ne répondant pas aux normes élémentaires d’hygiène et de qualité s’imposent.Amin RBOUB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc