×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Berrechid
Un citoyen porte plainte contre un procureur

Par L'Economiste | Edition N°:1934 Le 07/01/2005 | Partager

. Il n’arrive pas à faire exécuter le jugement prononcé en sa faveur. Il s’élève contre “les exactions et l’abus de pouvoir” dont il est victime de la part d’un magistrat Décidément, la justice n’en finit pas de nous étonner. Le cas de Hamid Fahid, dans la ville de Berrechid, est édifiant à plus d’un égard. D’un côté, il dispose d’un jugement rendu en sa faveur, mais qu’il a du mal à faire exécuter. De l’autre, des plaintes contre un magistrat qui n’aboutissent pas.Justice à double visage ou simplement la concrétisation du peu de cas que l’on fait du justiciable? En tout état de cause, Hamid Fahid, preuves à l’appui, s’est adressé à maintes reprises au ministre de la Justice en personne. Il a déposé plainte, le 2 avril 2004, contre un magistrat (M.M.) siégeant au Tribunal de première instance de Berrechid pour “exactions et abus de pouvoir”. Plainte à laquelle les services du ministre n’ont donné aucune suite. Mais pas M.M. En effet, raconte Hamid Fahid, “dès qu’il a eu vent de ma plainte, il a commencé à me menacer de me jeter en prison à la première occasion”. Aussi, a-t-il ajouté, “j’ai peur aujourd’hui pour ma sécurité, surtout qu’il a donné ses instructions pour qu’il soit procédé à mon arrestation dès que je me présenterais devant son bureau alors que je suis partie prenante dans le dossier qu’il est toujours en train d’instruire et dans lequel je suis, non pas l’accusé, mais la victime”. En fait, Hamid Fahid “réclame seulement que justice soit faite”. En d’autres termes, il réclame son droit à la justice dans l’Etat de droit. Il se demande ainsi pourquoi le ministre de la Justice “n’a pas daigné répondre à ses lettres, requêtes et correspondances”. Il estime, à juste titre, que “comme tous les citoyens, même les membres de la vénérable institution judiciaire, ne doivent pas être au-dessus de la loi”. Hamid Fahid dont l’affaire traîne devant les instances judiciaires de la province de Settat depuis bientôt deux ans, a frappé à toutes les portes. En vain. Il n’a trouvé aucune oreille attentive à ses doléances alors qu’il ne fait que réclamer son droit à l’exécution d’un jugement rendu par cette même justice. Aujourd’hui, dit-il, “je n’en peux plus. Je n’arrive plus à supporter. Pourtant, c’est la justice qui s’est prononcée en ma faveur dans mon affaire contre les Moulins de Berrechid et a décidé une saisie pour que je puisse récupérer l’argent qui m’a été dérobé par cette société”. En effet, le Tribunal de commerce de Casablanca a prononcé une saisie sur la ferme Jacma, propriété des Moulins de Berrechid, en faveur de Fahid. Seulement, “l’autorité judiciaire de Berrechid tergiverse dans l’exécution du jugement”. “Il y a aussi ce magistrat qui me harcelle et me menace, ne cachant point sa partialité et le soutien qu’il apporte à mes adversaires”, dit Fahid. Et c’est justement “ce qui me fait mal, c’est que le magistrat dispose de toutes les preuves en ma faveur et contre mes adversaires, mais il ne bouge pas le petit doigt. Sauf pour me menacer de prison”, ajoute-t-il.


Diwan Al Madhalim

Fort de son droit et du jugement du Tribunal de commerce de Casablanca, Hamid Fahid n’est pas prêt à baisser les bras. Il envisage notamment de s’adresser à “Diwan Al Madhalim” et à toutes les instances de défense des droits de l’homme. “Dans un seul but: que justice me soit rendue”, dit-il. En attendant, il en “appelle encore une fois au ministre de la Justice contre M.M. le magistrat du Tribunal de Berrechid et aussi pour que suite soit donnée à la plainte déposée contre ce même magistrat”.Jamal Eddine HERRADI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc