×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Berlin: Conférence sur l’islam sur fond de polémique

    Par L'Economiste | Edition N°:2371 Le 28/09/2006 | Partager

    . Déprogrammation d’un opéra jugé provocateur à l’égard de l’islamPour la première fois en Allemagne, représentants de l’Etat et de l’islam se sont retrouvé, le 27 septembre à Berlin, pour favoriser l’intégration des musulmans du pays sur fond de polémique sur la déprogrammation d’un opéra par crainte de représailles islamistes. La réunion est présidée par le ministre de l’Intérieur Wolfgang Schäuble (conservateur), qui a convié trente représentants de l’Etat et des régions allemandes et de la communauté musulmane forte de quelque 3,2 millions de membres en Allemagne. Schäuble a appelé les musulmans vivant en Allemagne, essentiellement des Turcs, à se sentir comme des «musulmans allemands», dans une tribune publiée par le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung. Lors de cette conférence au château de Charlottenbourg, qui doit jeter les bases d’un processus de dialogue sur deux ou trois ans, doivent notamment être évoqués l’enseignement de l’islam à l’école, la formation des imams, l’islamisme ou encore les perspectives d’emploi pour les jeunes de confession musulmane. La conférence tombe en pleine polémique sur la déprogrammation, annoncée lundi dernier, de l’opéra «Idomeneo» de Mozart au Deutsche Oper, dont la mise en scène peut être jugée provocante du point de vue de plusieurs religions, dont l’islam. La police avait alerté l’opéra de risques de débordements islamistes au cas où cette mise en scène datant de 2003 serait à nouveau présentée en novembre. Mais cette déprogrammation a été critiquée de toutes parts dans la classe politique au nom de la défense de la liberté d’expression. «Nous devons faire attention à ne pas reculer toujours davantage face à la peur créée par des islamistes radicaux prêts à commettre des violences», a ainsi déclaré la chancelière Angela Merkel. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc