×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Béni Mellal: Lifting pour Aïn Asserdoune

Par L'Economiste | Edition N°:2235 Le 16/03/2006 | Partager

. Aménagement aussi de deux nouveaux marchés. Le Conseil de la ville interpellé sur les désagréments du commerce informel LE boulevard des FAR à Béni Mellal est une avenue commerçante qui longe l’ancien espace du souk hebdomadaire délocalisé hors de la ville en début d’année, mais qui a du mal à se défaire du rythme et des vieilles habitudes des personnes pour qui le lieu est l’endroit où ils se rendent chaque jour pour gagner leurs moyens de subsistance.Dès l’aurore, c’est par milliers que des journaliers et autres badauds viennent s’agglutiner pour offrir leurs services aux exploitants agricoles, aux promoteurs immobiliers, etc.Le jour est déjà bien avancé et une triste animation règne encore aux abords des quelques hôtels qui terminent l’avenue en contrebas, des badauds restés sans labeur traînent parmi les tables des terrasses espérant la venue d’un employeur tardif. Le Conseil communal de la ville est interpellé pour trouver une solution rapide à ce problème qui porte préjudice aux activités commerciales. «Il faut désigner un autre endroit à ces demandeurs d’emploi pour qu’enfin l’avenue soit débarrassée de ces problèmes laissés en héritage par l’ancien souk», indique un commerçant.«Cette marée humaine obstrue l’avenue, gêne la circulation et nuit à l’image de marque des hôteliers, dont les établissements passent pour des endroits peu fréquentables», ajoute un responsable d’établissement hôtelier. Le boulevard mérite, selon un habitant du quartier, une meilleure attention.Pour pallier au souk hebdomadaire, la ville de Béni Mellal s’équipe de deux nouveaux petits marchés pour le bien-être de ses habitants, l’un au quartier El Amria et le second au quartier l’Asfa. Ce dernier ne compte pas moins de 96 échoppes, dotées d’électricité et d’eau potable et de sanitaire. Ce qui permettra d’assainir le secteur des nombreux marchands informels de légumes qui sévissent en permanence sur la place El Ghadira El Hamra. Qui est aussi le marché des alcools frelatés et des barbituriques avec son lot de violences. Nymphe des sources, Aïn Asserdoune reste le rendez-vous privilégié des touristes de passage. Actuellement, un projet paysagiste est en train de voir le jour. Des bancs, d’un design particulier, sont en cours d’installations et des sanitaires alors inexistants, en matériaux locaux et bien intégrés, ont vu le jour avec aussi, la pose d’une margelle agréable au ton grenat, donnent déjà un aperçu sur le nouveau lifting que subit le site. Par ailleurs, une taille sévère a dégarni le site de ses zones ombrageuses. Espérons que d’ici la chaude saison, les arbres auront retrouvé leur superbe pour rafraîchir les quelque 2.000 visiteurs quotidiens. A noter enfin la restauration du ksar qui surplombe la source. Les travaux sont menés par le Conseil communal en partenariat avec la délégation régionale de la culture, qui a fait appel au savoir des artisans locaux. De notre correspondant,Salah PHILIPPE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc