×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Beni-Mellal: Le consul de France rencontre ses concitoyens

Par L'Economiste | Edition N°:2407 Le 23/11/2006 | Partager

. Quelque 60 familles vivent dans la région. Elections, questions administratives, éducation au menu NOMMÉ il y a moins d’un an consul général de France à Casablanca, Gilles Bienvenu entame une tournée dans sa circonscription. Le week-end dernier, ce dernier est allé à la rencontre des Français de la région Tadla Azilal. Quelque 60 familles y vivent actuellement. La réunion a eu notamment pour objet l’inscription au registre les ressortissants établis hors de France et son importance dans plusieurs domaines. Le consul a également saisi l’occasion de sensibiliser ses concitoyens en vue de l’élection présidentielle du 22 avril et du 6 mai prochains. Les listes pour voter restent ouvertes jusqu’au 30 décembre. Il a été aussi question de la procédure de vote par procuration, et un second rendez-vous a été pris pour le 1er mars à Beni-Mellal. Des agents consulaires seront chargés, à cette occasion, d’enregistrer les procurations. De leur côté, les Français de Béni-Mellal ont émis plusieurs doléances. Nombre d’entre eux regrettent l’inexistence d’un Institut français dans la région et d’une école de la Mission française pour la scolarisation de leurs enfants. «Ces questions relèvent des services de coopération. Mais le sujet est à l’étude avec des investisseurs français qui ont pour projet de s’installer dans la région», répond Bienvenu. Par ailleurs, le consul a annoncé la mise en place d’une permanence consulaire toutes les six semaines afin de renouveler les rencontres avec les ressortissants français. Et, deux fois par an, une cellule sociale se rendra dans la région pour régler d’éventuels problèmes de cet ordre. La permanence apportera toutes les facilités administratives (passeport, carte nationale d’identité, certificat de vie, bourses et aides diverses) et évitera ainsi des déplacements onéreux vers le consulat de Casablanca.De notre correspondant, Salah PHILIPPE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc