×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

BCE: Principal taux directeur inchangé à 4%

Par L'Economiste | Edition N°:2648 Le 09/11/2007 | Partager

. L’euro fort freine la croissanceLA Banque centrale européenne (BCE) devait décider hier de laisser ses taux inchangés et de donner des indices pour la suite, sur fond de crise du crédit et d’envolée de l’euro dangereux pour la croissance, et de flambée du pétrole inquiétante pour l’inflation.Les gouverneurs de l’institut monétaire devraient selon toutes les attentes laisser le principal taux directeur, qui détermine le niveau du crédit dans la zone euro, inchangé à 4%. Mais marchés et économistes attendent surtout avec fébrilité les déclarations du président Jean-Claude Trichet dont ils espèrent des éclaircissements sur la politique monétaire européenne des mois à venir.Les experts sont aussi friands de réactions du Français concernant la glissade du dollar. La monnaie américaine reste plombée par des craintes de ralentissement économique dans le sillage de la crise des crédits hypothécaires à risques et par la baisse des taux d’intérêt aux Etats-Unis.Mercredi dernier, l’euro a franchi en une journée les seuils de 1,46 puis de 1,47 dollar.«Une appréciation de 10 cents correspond de facto à une hausse de taux (de la BCE) de 25 points de base», souligne Sylvain Broyer, analyste chez Ixis-Cib. Parallèlement, le prix du baril de pétrole ne cesse de grimper et se rapproche à grands pas du seuil symbolique de 100 dollars.L’euro fort renchérit le prix des biens exportés, et peut freiner la croissance. Mais parallèlement, il allège la facture pétrolière et fait baisser le prix des matières premières en général car leurs cours sont libellés en dollar. Il contient ainsi les pressions inflationnistes.«La difficulté consiste pour la BCE à évaluer à quel point l’affaiblissement conjoncturel et l’euro fort freinent l’évolution des prix dans la zone euro», souligne la DekaBank dans une note. Quand elle y parviendra, elle pourra décider si elle remonte encore une fois son taux, ou bien si le cycle est bouclé.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc