×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Bataille du numérique dans l'industrie du loisir

    Par L'Economiste | Edition N°:597 Le 17/09/1999 | Partager

    · Sony et Philips loin devant une kyrielle de challengers

    · Des CD et DVD audio qui rendent obsolète le CD actuel

    · Le prix des lecteurs entre 1.000 et 5.000 Dollars


    Les deux objets sont quasi identiques. A première vue, on pourrait même les confondre avec les CD classiques. Mais sur l'un on peut lire: "Super Audio CD" et sur l'autre "DVD Audio". Et c'est là tout l'enjeu de la bataille qui s'annonce. Cet automne, l'industrie de la musique américaine s'apprête à vivre ce qu'elle appelle sa "guerre du XXIème siècle".

    Dix-sept ans après l'apparition du CD, les géants du son numérique lancent deux nouveaux formats. D'un côté, Sony et Philips, les inventeurs du CD, sont les fiers parents du Super Audio CD (5.000 Dollars le lecteur). En face, Toshiba, Panasonic, Hitachi et quelques autres parrainent le DVD Audio (1.000 Dollars le lecteur). Deux produits incompatibles pour l'instant et dont les deux camps assurent qu'ils "rendent le CD actuel totalement obsolète". Bon à ranger au rayon vinyle. La guerre des nouveaux CD a en effet débuté un beau jour de juin 1997, lorsque tout le monde s'est regroupé au sein du DVD Forum pour tenter de construire une norme commune de DVD. Sony et Philips ont rapidement annoncé leur propre "nouvelle génération" de CD, avec un procédé rebaptisé DSD (Digital Stream System). "Il semble que Sony et Philips ont décidé de faire bande à part, estime Frank Wells, rédacteur en chef d'Audio-Media Magazine, les deux compagnies disposaient à l'évidence d'une technologie qu'ils estimaient supérieure à celle de leurs concurrents. Et ils n'avaient aucune envie de la partager. Aujourd'hui, ils peuvent ainsi jouer sur les deux tableaux. Si le Super Audio est un succès, ils touchent des royalties, et si le DVD Audio marche, ils en profitent également, car ils font légalement partie du DVD Forum". Toutefois, selon certains experts, la compétition promise n'est pas forcément bénéfique au marché du disque. "Le plus fou, a averti Stan Goman, l'un des patrons des magasins de disques Tower Records, c'est que ces deux produits sont certainement les plus excitants que nous ayons connus depuis longtemps. Mais si c'est la guerre à la promotion de l'un contre l'autre, alors nous allons au désastre et nous risquons l'échec total." "Il est vrai que nous ne sommes pas dans une situation idéale, reconnaît M. Craig Eggers de Toshiba. Quand le CD a été lancé en 1982, c'était un format unique, qui changeait tout. Là, nous devons convaincre le public d'être encore plus exigeant alors que beaucoup sont satisfaits de leurs disques compacts.

    La part du gâteau. La tension est telle qu'aujourd'hui encore personne ne sait à quelle date précise le Super Audio CD et le DVD audio, ainsi que leurs lecteurs, seront disponibles dans les magasins américains. Sony, qui a déjà lancé son Super Audio au Japon, parle de "fin septembre-début octobre". Panasonic, dans le camp adverse, se contente d'évoquer l'automne. Quant à Toshiba, il pourrait repousser sa date de lancement au printemps prochain, "en fonction des événements". Après l'Amérique en tout cas, l'industrie du disque espère bien exporter sa joute musicale sur le continent européen. D'ici là, on saura peut-être qui du Super Audio CD ou du DVD Audio aura conquis le marché américain. Selon Frank Wells, Sony, en bon stratège, serait déjà en train de travailler sur un lecteur audio qui puisse lire aussi bien l'un que l'autre format. "Au final, tout cela est une question d'argent, conclut-il, chacun veut s'adjuger la plus grosse part du gâteau. Et personne n'est prêt à céder sa place. A aucun prix".


    12 milliards de CD vendus aux Etats-Unis


    L'enjeu est incommensurable, alors que plus de douze milliards de CD ont été vendus sur le seul marché américain. "Je peux vous garantir que ce que vous allez entendre maintenant est révolutionnaire. Rien à voir avec tout ce qui existait auparavant, affirme Mike Fidler, un des responsables de la promotion chez Sony. Pour un disque compact classique, par exemple, chaque seconde de musique correspond à 44.000 bits d'information. Avec le DVD Audio, ce même instant sera décomposé en 192.000 bits, voire 2,1 millions de bits pour le Super Audio! Un tel degré de technologie permettra aussi d'empêcher le piratage - notamment sur l'Internet- des produits utilisant ce format diffusés commercialement. Le DVD peut s'accommoder de six enceintes et son lecteur a été conçu pour se coupler avec les lecteurs de cassettes vidéo DVD déjà existants. "Notre conception est celle d'une machine extraordinaire où l'image et le son ont la plus haute résolution possible. Un théâtre du son et de l'image qui peut se jouer dans tous les foyers américains", explique Craig Eggers, directeur de Produits chez Toshiba. "Notre stratégie est plus intimiste, rétorque Mike Fidler, le Super Audio est pour ceux qui apprécient réellement la musique et veulent l'écouter à l'état pur. Sans distorsion. Nous privilégions la classe contre la masse".

    Fabrice ROUSSELOT
    Syndication L'Economiste-Libération (France)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc