×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Barroso: “La crise politique au Portugal est anormale”

    Par L'Economiste | Edition N°:1912 Le 08/12/2004 | Partager

    . Le président a décidé de redonner la parole aux électeursLe président de la Commission européenne José Manuel Durao Barroso s’est déclaré le 6 décembre à Lisbonne surpris par la crise politique au Portugal, qui débouchera dans quelques jours sur la dissolution du Parlement. Interrogé par les journalistes sur le fait de savoir s’il avait été surpris par la crise politique, Barroso a répondu “oui, certainement”, en marge d’un colloque sur l’identité européenne. “Cette situation n’est pas normale”, a-t-il ajouté. Barroso s’est toutefois employé à dédramatiser la crise portugaise: “Dans nos démocraties européennes, il est fréquent qu’il y ait des crises politiques, l’avantage des démocraties c’est que par le jeu constitutionnel on arrive toujours à trouver des solutions”. Il a toutefois refusé de commenter la décision du président Jorge Sampaio d’amorcer les procédures de consultation préalables à la dissolution du Parlement et à l’organisation d’élections législatives anticipées. “Je suis bien entendu avec préoccupation ce qui se passe dans mon pays mais cela fait quelque temps que je suis éloigné de la vie politique portugaise”, a-t-il ajouté, en refusant de commenter les dernières péripéties de la crise. Lorsqu’il était premier ministre, Barroso avait tout fait pour que son successeur soit Pedro Santana Lopes et pour convaincre le président de ne pas dissoudre le Parlement. Mais au terme de quatre mois de cafouillages du gouvernement de Santana Lopes, le président socialiste a décidé la semaine dernière de redonner la parole aux électeurs. Il devrait s’exprimer vendredi prochain sur les raisons de la dissolution, après avoir consulté les partis politiques et le Conseil d’Etat, organe consultatif. Les législatives anticipées devraient se dérouler en février prochain.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc