×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Barrages: Un léger mieux mais...

Par L'Economiste | Edition N°:905 Le 29/11/2000 | Partager

. Les réserves cumulées au 27 novembre 2000 s'élèvent à près de 6 milliards et demi de mètres cubes. Une légère hausse est enregistrée par rapport à la même période de 1999. Parmi les retenues ayant enregistré les plus forts taux de remplissage figurent notamment les barrages Nakhla, Sebou et Lalla TakerkoustLe taux de remplissage des barrages au 27 novembre 2000 a atteint 46,8%, ce qui représente une réserve de 6 milliards et demi de mètres cubes. Ce taux est légèrement supérieur à celui enregistré durant la même période de l'année précédente (35,6%). Un niveau jugé globalement insatisfaisant. Selon la Direction générale de l'Hydraulique relevant du Ministère de l'Equipement, la situation n'est pas inquiétante, notamment au Nord et sur les plaines du Gharb, de la Moulouya et du Loukkos. Ce qui n'est pas le cas pour la zone s'étalant à partir du Sud de Casablanca.Les plus forts taux ont été relevés au niveau des retenues Nakhla (région de Tétouan), la Garde Sebou (Kénitra), Daourat (Settat) et Lalla Takerkoust (Marrakech), avec respectivement 99,5, 99,0, 92,6 et 97,2%. A titre d'exemple, le barrage Nakhla qui a une capacité de 5,7 millions de m3 est essentiellement utilisé pour l'alimentation en eau potable et industrielle de la région de Tétouan.Le plus faible taux a pour sa part été enregistré au niveau du barrage Bab Louta, avec un taux de 4,19%. Celui d'Ibn Batouta, situé dans la région tangéroise, qui enregistre un déficit hydrique depuis plusieurs années, a cumulé près de deux millions de mètres cubes, soit un taux de remplissage de l'ordre de 5,7%. A noter qu'Ibn Batouta, mis en service en 1977, a une capacité de 38,5 millions de mètres cubes. Parmi les retenues affichant des taux de remplissage moyens, figurent notamment les barrages Oued Mellah (60,8%), Hassan Ier (57,7%), Smir (54,2%) et Mansour Eddahbi (70,1%).Al Wahda, le plus gros barrage du Royaume, conçu pour accueillir un peu plus de 3,5 milliards de mètres cubes, n'est qu'à 39,4%; un taux similaire à celui enregistré durant la même période de l'année dernière. Sa réserve représente près d'un milliard et demi de mètres cubes. Construit sur l'Oued Ouergha, le barrage Al Wahda domine une superficie de l'ordre de 100.000 hectares et génère une énergie électrique de 390 GWH.Al Massira, le deuxième ouvrage en matière d'importance, a enregistré pour sa part au 27 novembre un taux de 55,2% avec une réserve d'un milliard et demi de mètres cubes. A la même période de l'année précédente, les réserves de cette retenue n'ont pas dépassé les 760 millions de mètres cubes, soit un taux de remplissage de 27,5%. La politique de réalisation d'infrastructures hydrauliques entamée en 1967 a permis de réaliser 89 grands barrages. Leur capacité de stockage s'est élevée en 1997 à plus de 14 milliards de m3.Abdelaziz MEFTAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc