×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Banques privées: Des perspectives positives

Par L'Economiste | Edition N°:3323 Le 20/07/2010 | Partager

. Malgré la crise financière et la lutte contre l’évasion fiscale. La régulation future devrait renforcer l’attractivité du secteurLes perspectives en Europe pour les banques privées, qui gèrent l’argent des clients fortunés, demeurent «positives», malgré la crise financière et la lutte contre l’évasion fiscale, a estimé hier lundi le cabinet américain McKinsey. Selon l’étude, qui a passé en revue 160 banques, «les perspectives à long terme pour le secteur de la banque privée sont positives», après une année 2009 «difficile». «La régulation future devrait renforcer l’attractivité du secteur», en le rendant plus transparent, mais aussi plus réactif aux besoins des clients, a précisé le cabinet. Alors que la régulation bancaire va être renforcée d’ici 2012, avec des exigences plus élevées, notamment en matière de liquidités et de capitaux, le cabinet a estimé que «l’environnement actuel (était) une opportunité pour transformer et professionnaliser davantage le secteur», souvent focalisé sur l’optimisation fiscale.L’étude a par ailleurs révélé que les actifs sous gestion détenus par les banques privées en Europe ont progressé de 10% l’année dernière, après un recul de 15% en 2008, grâce à la reprise des marchés.Par contre, les afflux nets d’argent nouveau ont seulement contribué à hauteur de 1% à cette hausse, contre 3 à 8% entre 2004 et 2008, en raison d’une création de richesse plus faible et une fuite dans des actifs jugés plus sûrs comme l’or.La Suisse, première place mondiale pour la gestion de fortunes, a enregistré des reflux d’argent nouveau de 1% de l’ensemble de ses actifs, principalement vers l’Europe et les Etats-Unis, mais freinés par des apports en provenance de son marché intérieur, d’Asie, d’Amérique latine et d’Europe de l’Est.Le Luxembourg a, quant à lui vu ses reflux atteindre 5%, en raison de son orientation vers l’Europe de l’Ouest.F. Z. T

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc