×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Banque : Des sociétés de sécurité convoitent le transport de fonds

    Par L'Economiste | Edition N°:232 Le 30/05/1996 | Partager


    Des sociétés de sécurité pourraient bientôt sous-traiter le transport des fonds des banques. Le projet est à l'étude au niveau du GPBM. Une société spécialisée dans la fourniture d'équipements de sécurité a déjà investi dans la fabrication de valises destinées à cet effet.

    Le privé pourrait être sollicité pour le transport de fonds du siège social d'une banque à une agence et vice-versa. Le dossier est à l'étude au niveau du GPBM (Groupement Professionnel des Banques du Maroc). Le chantier est actuellement très avancé, annonce-t-on auprès de cette institution. Certaines sociétés de la place sont déjà sur la piste, entre autres Group 4 Sécuritas, une société de surveillance de la place, filiale d'une société belge du même nom. Le projet est confirmé, mais l'entreprise est très avare en commentaires, se contentant d'annoncer que "rien n'est encore ficelé". D'autres, comme RMO, indiquent être en mesure de proposer ce service. Mais l'idée n'a pas encore totalement mûri. Il est à noter qu'à l'exception de Bank Al-Maghrib, qui bénéficie de la protection de la police, les banques et autres grandes entreprises se chargent elles-mêmes du transport de leurs fonds.

    Valise spéciale


    L'exercice a toujours été très risqué en raison notamment des équipements utilisés et de l'interdiction du port d'armes. Pour illustration, quelques organismes ont été victimes ces derniers mois de retentissantes attaques à main armée. Les dénouements ont été cependant assez heureux. A rappeler les mésaventures des employés de Makro, de la Perception de Aïn Sebaâ et de l'agence Wafabank de Kénitra. Pour cette dernière, la police a pu mettre la main sur les malfaiteurs qui tentaient d'échanger une partie de leur butin contre des devises à Tanger. La chasse aurait pu être plus compliquée si le Dirham était convertible.
    Ces incidents ne sont toutefois pas à l'origine de la décision d'ouvrir le transport de fonds à des sociétés privées. L'idée consistant à assurer une plus grande sécurité au transport de liquidités, en raison de l'évolution de l'environnement économique et social, a germé depuis quelques années. Cependant, il ne s'agit pas d'utiliser des fourgons blindés, tient-on à préciser. "Cette technique est d'ailleurs de plus en plus mise en cause dans les pays européens", fait remarquer un professionnel. Elle entraîne des investissements lourds et la pratique a montré que les agresseurs utilisaient également de grands moyens (armes lourdes) pour réaliser leur forfait d'où des conséquences encore plus fâcheuses. Le nouveau procédé, qui devrait être mis en oeuvre au Maroc, consisterait à utiliser des valises spécialement destinées au transport de fonds et sécurisées par un système électronique en cas de vol ou de tentatives d'ouverture abusive ou non prévue par le transporteur. En d'autres termes, la valise est à la fois protégée contre un éventuel agresseur et contre le convoyeur. Seuls l'expéditeur direct et son destinataire peuvent l'ouvrir. Avec ce système, le "risque trottoir", la période nécessaire pour acheminer le chargement du véhicule à un lieu protégé, et durant laquelle la vulnérabilité des convoyeurs s'accroît, est bien neutralisé.

    4 MDH investis


    Un type de valise de transport de fonds existe déjà sur place. Elle est fabriquée sous licence étrangère, par Electronique Système Data, une société spécialisée dans la réalisation, la fourniture et l'installation d'équipements de surveillance électroniques. Cette société conçoit une gamme de 6 à 8 valises modulables en fonction des besoins de l'utilisateur. Outre les fonds, elles peuvent également servir pour le transport de documents importants ou d'autres objets de valeur. Plusieurs valises peuvent être chargées dans une voiture banalisée aménagée à cet effet.
    Quelque 4 millions de Dirhams ont été investis pour la fabrication de cet outil qui "a bien fait ses preuves en Europe", souligne M. Aziz Benharbit, directeur général de la société. En attendant son adoption par les banques, la valise a séduit des privés et des administrations. Des lots ont été également exportés au Brésil et au Luxembourg et le seront bientôt vers la Tunisie. Pour ES Data, qui indique avoir entamé sa campagne de sensibilisation depuis son installation il y a cinq ans, le marché bancaire constitue un débouché important. La fiabilité de sa valise, qui "est de 100%", précise M. Benharbit, pourrait lui permettre de bien se placer. Certaines sociétés de sécurité pourraient proposer une offre globale (valise et agents). ES Data se veut quant à elle un fournisseur spécialisé de matériels. Son produit s'adresse aussi bien aux sociétés de sécurité aux entreprises qu'aux banques qui pourraient directement s'équiper de la valise, soit pour prendre elles-mêmes en charge le transport de leurs fonds, soit pour d'autres utilisations.

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc