×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Bank Al-Amal entre au capital de la banque Achaâbi de Paris

Par L'Economiste | Edition N°:24 Le 09/04/1992 | Partager

Crée en 1989, Bank Al-Amal devait jouer un rôle de premier, notamment dans l'attrait et la promotion du capital des RME. Elle reste encore une "banque naissante" de l'expression même de son Directeur Général dont les interventions en font une banque d'affaires.

Bank Al-Amal a participé récemment à l'augmentation du capital de la société "Moussahama S3P" (Société de participation et de promotion du partenariat) à hauteur de 10 millions de Dirhams en détenant ainsi plus de 18% du capital. Le conseil d'administration de la banque réuni le 5 Mars a approuvé une prise de participation de 30% du capital de la banque "Achaâbi" à Paris. Bank Al-Amal se trouvera ainsi représentée en Europe par le biais de cette banque. Mais elle se propose aussi de mettre sur pied à moyen terme des bureaux de représentations dans les pays où se trouve une colonie marocaine importante.

Prêts participatifs

Bank Al-Amal fut créée le 28 Mars 1989. Elle se veut une banque d'investissements dont les interventions concernent en priorité les R.M.E. D'après Larbi Amor, son Directeur Général, "Bank Al-Amal se caractérise par une certaine spécificité d'octroyer des facilités nouvelles sous forme de prêts participatifs".
Le prêt participatif qui peut être défini comme un intermédiaire entre un crédit et une participation, est accordé aux R.M.E à des conditions de faveur, d'une durée de 4 à 15 ans et à un taux de 9 à 10%. Les interventions de Bank Al-Amal essentiellement sous forme de prêts participatifs aux RME sont destinés notamment à la création ou l'extension de petites et moyennes entreprises.
Ces prêts se caractérisent par le fait qu'ils ne peuvent être remboursés, en cas d'ouverture d'une procédure de liquidation amiable ou judiciaire ou en cas de faillite de l'emprunteur, qu'après désintéres-sement complet de tous les créanciers privilégiés et chirographaires. Les prêts participatifs ont donc le caractère de quasi-fonds propres. "Bank Al-AMAL est ce qu'on peut appeler le créancier de dernier ordre". De par son caractère de quasi-fonds propre le prêt participatif consolide les fonds propres de l'investisseur, ce qui lui permet de prétendre à des facilités bancaires plus élargies.
La présentation des demandes de prêt et/ou de crédit à Bank Al-Amal s'est fait jusqu'à ce jour par l'intermédiaire d'une banque commerciale, ou d'un organisme financier spécialisé de l'investisseur.
En fait, le promoteur R.M.E présente à sa banque habituelle (ou son O.F.S) une demande de Crédit Moyen Terme ou Crédit Long Terme et de prêt participatif. L'établissement financier concerné après étude du dossier à son niveau (en ce qui concerne le CMT et CLT) transmet le dossier à Bank Al-Amal pour recueillir son agrément concernant le prêt participatif.
Les facilités de Bank Al-Amal au titre des prêts participatifs peuvent s'étendre aux sociétés regroupant les RME et les investisseurs locaux et/ou étrangers.

Prises de participation

Ainsi en matière de financement des investissements et outre les prêts participatifs qui accompagnent les crédits bancaires habituels (CMT, CLT), Bank Al-Amal peut intervenir en cofinançant, avec les O.F.S et les banques, les crédit à MT ou LT, et aussi par des prises de participation dans des entreprises. En clair les interventions de Bank Al-Amal semblent constituer une complé-mentarité des établissements bancaires.
Mais il faut noter que cette banque n'a pas pour mission de drainer l'épargne "de sorte qu'elle ne change en rien les relations des R.M.E avec leurs établissements (banque ou O.F.S) pour toutes leurs opérations de transferts, versements, retraits, épargne ...".
"Les RME sont parfois de nouveaux clients de la banque primaire et trouvent de ce fait des difficultés à bénéficier de crédits moyen terme ou à présenter leur demande de prêts participatifs par son intermédiaire". Suite à ces diverses difficultés d'une part et parce que Bank Al-Amal n'en est encore qu'à ses débuts Larbi Amor affirme que les dossiers reçus ne sont pas encore au niveau souhaité.
Cependant les projets reçus sont très intéressants, d'importances variables (4 à 32 millions de Dirhams) et touchent un grand nombre de secteurs (minoterie, briqueterie, confection, équipement électronique et naval ...), ajoute-t-il.
Afin d'attirer un plus grand nombre de RME, et ce, en vue de financer leur projet, Bank Al-Amal envisage de recevoir directement les dossiers RME sans que les demandes transitent par une banque ou un O.F.S. "Mais ceci n'empêchera pas le client qui le désire de présenter sa demande à Bank Al-Amal par l'intermédiaire de sa banque".
Bank Al-Amal est habilitée à octroyer des crédits à MT et LT et peut prendre des participations dans des sociétés existantes ou en création.

Prime de fidélité gelée

Autrefois, les R.M.E recevaient "une prime de fidélité" à hauteur de 2,5% pour chaque transfert en devises au Maroc. Mais cette prime fut supprimée. Pour Larbi Amor, il ne s'agit pas d'une suppression. "La prime de fidélité n'a pas été supprimée mais plutôt gelée. Depuis la création de Bank Al-Amal nous l'avons remplacée par la distribution en faveur des RME, d'actions Bank Al-Amal".
En effet, le capital est souscrit par Bank Al Maghrib, les organismes financiers spécialisés (BNDE, CDG, CIH, CNCA) et les banques à hauteur de 100 millions de Dirhams annuellement depuis 1989, soit 2 millions d'actions de 50DH chacune. Le quart reste propriété des membres fondateurs (actions A) et les trois quarts restants sont distribués à titre gracieux aux RME (actions B) chaque année au prorata de leurs transferts pendant l'année antérieure.
Au niveau des ressources il faut noter que Bank Al-Amal est habilitée à recueillir les dépôts dont le terme est égal ou supérieur à un an.

Les RME au conseil d'administration

Le conseil d'administration de Bank Al-Amal est composé de 9 administrateurs fondateurs et de 9 administrateurs R.M.E. Les 9 administrateurs fondateurs sont: Bank Al Maghrib (représentée par son gouverneur), les organismes financiers spécialisés (BNDE, CDG, CIH, CNCA), la BCP, les banques régionales populaires, la BCM et la Wafabank. Le premier conseil d'administration de Bank Al-Amal avait désigné Bank Al Maghrib représentée par son gouverneur Mohamed Sekkat en qualité de président délégué et la Banque Centrale Populaire représentée par son Président Directeur Général en qualité de vice-président.
L'organisation de la banque est axée autour de deux directions principales: la direction générale et la direction des engagements. Lors de l'afflux des RME vers le Maroc pour les diverses occasions, Bank Al-Amal pense dépêcher ses agents vers les régions du Maroc où afflue le plus grand nombre des ressortissants en vue de recueillir leurs doléances et leur donner les différents renseignements qu'ils souhaiteraient avoir.

Nabil CHAKOR

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc