×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Banane: La tension monte entre producteurs et importateurs

    Par L'Economiste | Edition N°:327 Le 23/04/1998 | Partager

    Réunis en association, producteurs et importateurs de bananes tentent de réguler l'offre sur le marché. Jusqu'à présent, aucun accord n'a été trouvé pour un calendrier précis d'importation.


    Aucune décision n'a été prise lors de la dernière réunion de l'Association des Producteurs et Importateurs de Bananes (APIBA)(1). Ces derniers devaient mettre au point un calendrier d'importation afin de réguler l'offre de bananes sur le marché. Les importateurs ont proposé un quota de10% de la production, soit un peu plus de 9.300 tonnes. Quota à répartir selon la cadence de la production. De leur côté, les producteurs se disent prêts à accepter ce quota, mais que ce soit en dehors des périodes de pleine production (octobre à février).
    Faisant partie des principaux groupes importateurs, Garifex qui regroupe 45 mûrisseurs vient de démissionner de l'APIBA. Raison invoquée par le président du groupement, "l'abus de décision et le désaccord sur la demande d'importation de 10%". A elle seule, l'entreprise concentre 50% des achats à l'étranger.
    Aucune partie ne veut envenimer la situation, est-il indiqué. Un autre rendez-vous est pris pour les prochains jours entre les membres de l'Association. Si aucune solution n'est trouvée, les deux parties entendent recourir à l'arbitrage du ministre de l'Agriculture.

    Après avoir traversé des périodes tumultueuses, notamment depuis la libéralisation des importations en 1995, le secteur tente de s'organiser. "Il faut que chacun soit conscient de l'intérêt mutuel pour une meilleure continuité et une meilleure régulation de l'offre sur le marché", soulignent les importateurs. Selon eux, la survie de tout ce secteur doit passer par une "bonne compréhension et une collaboration étroite entre les différents opérateurs". Avec en final l'amélioration de la qualité du produit. Qualité des conditions de production mais aussi qualité dans le condition-nement et l'emballage. D'ailleurs, toute la filière veut mettre à niveau ses structures de production et de commercialisation. Pour les opérateurs, l'amélioration de la qualité doit passer par la normalisation et le conditionnement dans un emballage adéquat. S'y ajoutent les activités de recherche appliquée pour l'amélioration du matériel végétal et le développement des techniques culturales.
    Rehausser la qualité du produit nécessite également sa promotion. D'ailleurs, un projet déjà élaboré par l'APIBA est aujourd'hui en stand by. Ce plan de communication doit mieux faire connaître la banane et ses vertus auprès du consommateur. En filigrane, doper la consommation qui est actuellement de 3 kg par habitant et par an. Dans le cadre de l'APIBA, les importateurs se sont d'ailleurs engagés à verser 10 centimes par kilogramme de bananes importées. Cette enveloppe doit servir à la promotion et l'amélioration de la qualité du produit local.

    Actuellement, la production de bananes couvre une superficie d'environ 3.000 ha sous serres. La production annuelle avoisine les 100.000 tonnes. De son côté, l'importation a totalisé en 1997, et selon les chiffres du Ministère de l'Agriculture, 4.850 tonnes pour une valeur de 21,6 millions de DH, enregistrant ainsi une baisse sensible par rapport à 1996 (9.373 tonnes) et 1995 (6.436). Parmi les pays fournisseurs de bananes figurent en tête de liste le Costa-Rica, la Colombie ou encore le Guatemala.
    Cette tendance à la baisse des importations résulte de la mise en place des déclarations préalables à l'importation (DPI) durant la période allant du mois de novembre 1996 au mois d'avril 1997. S'y ajoute la poursuite des concertations entre les producteurs et les importateurs dans le cadre de l'APIBA. Le prix moyen de bananes importées au titre de l'année 1997 est de 4,70 DH/kg, enregistrant une hausse sensible par rapport à 1996 (3,95 DH/kg) et 1995 (4 DH/kg). A ce prix s'ajoutent les droits de douane (42%), le PFI (15%) et la TVA (20%), soit un taux cumulé de 89%, y compris la taxe parafiscale de 0,25%.
    Les prix de vente des bananes importées au niveau des marchés de gros ont oscillé entre 9 et 11 DH/kg et au niveau du consommateur entre 13 et 16 DH/kg.

    Meriem OUDGHIRI & Malika EL JOUHARI

    (1) Cf L'Economiste du 2 avril 1998. La réunion s'est tenue le 3 avril.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc