×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

BAM: 7,5 milliards de DH pour les banques

Par L'Economiste | Edition N°:3121 Le 05/10/2009 | Partager

. Leur taux de réserve monétaire baisse de 10 à 8%. Le taux directeur reste inchangé à 3,25%. Une croissance de 5 à 6% pour 2009Pour la troisième fois en 2009, Bank Al-Maghrib (BAM) a revu le taux de la réserve monétaire à la baisse. Celui-ci passe de 10 à 8%. Une décision attendue par le secteur, notamment à cause de la décélération de la croissance des dépôts bancaires depuis un an et demi. Ceux-ci n’ont augmenté que de 9% entre fin juin 2008 et fin juin 2009, alors que sur la même période, les crédits à l’économie ont progressé de 16%. Par conséquent, les banques ont eu recours de manière importante aux avances de la banque centrale depuis maintenant 12 mois. Hebdomadairement, les interventions de BAM s’échelonnaient il y a six à sept mois entre 12 à 14 milliards de DH, à un taux de 3,25%. Actuellement, elles sont aux alentours de 24 milliards de DH par semaine, conséquence de la progression des concours à l’économie. BAM a donc desserré le taux de la réserve monétaire de deux points. «Ce qui aura pour effet d’augmenter la liquidité des banques de 7,5 milliards de DH», indique Abdellatif Jouahri, Gouverneur de BAM. Par contre, le taux directeur reste inchangé à 3,25%. La raison en est que «BAM ne veut pas donner de signal pour faire repartir les crédits, car après 2007 et 2008, qui restent des années exceptionnelles, le Maroc est en train de faire des atterrissages en douceur, et les exagérations commencent à s’atténuer» souligne Jouahri. En effet, les crédits bancaires sont en légère décélération s’inscrivant à 14,8% à fin août contre 16,6% en juillet dernier. Cependant, leur tendance reste supérieure à celle observée sur le long terme, surtout pour avant 2007 et 2008. «La tendance de longue période étant de 9 à 10%, la tendance des derniers mois leur est donc supérieure», souligne Jouahri. La banque centrale a également annoncé une maîtrise des tensions inflationnistes. En effet, l’inflation en glissement annuel s’est en effet établie à -1% en juillet et à -0,9% en juin. Pour le mois d'août, elle est ressortie à 0% consécutivement à l’augmentation des prix de certains produits alimentaires frais. les prévisions pour l’inflation en 2009 passent de 2,8% à 1,2%. La croissance globale pour l’année en cours devrait se situer entre 5% et 6%, soit un rythme proche de celui atteint en 2008, grâce à la bonne performance des activités agricoles. Partant, le gouverneur de BAM espère une amélioration au niveau de l’emploi. Pour sa part, la prévision de l’inflation au terme du quatrième trimestre de l’année 2010 a été revue à la baisse. Elle devrait se situer à 2%, au lieu des 2,6% annoncés en juin dernier. Et ce en raison de la baisse des prix et de l’atonie de la demande au niveau international. Pour ce qui est de l’inflation sous-jacente, elle devrait être négative en 2009 et demeurer inférieure à 2% au terme de l’horizon de prévision. «Je crois que sur une trajectoire de 20 ans, c’est peut-être la première fois que l’on voit une inflation négative au Maroc», commente Jouahri.A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc