×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Balances électroniques: : L'espagnol Teaxul s'introduit sur le marché

Par L'Economiste | Edition N°:99 Le 14/10/1993 | Partager

Beaucoup de pesages de produits s'effectuent encore par des balances mécaniques. Or, tout ce qui est mécanique doit gagner en précision. Teaxul, société espagnole, commercialisera par l'entremise de Soremar des balances électroniques. Ces bascules sont destinées autant à la pesée traditionnelle dans les commerces qu'aux usages industriels.

L'espagnol Teaxul, spécialisé dans la fabrication des balances et bascules électroniques, vient d'accorder à Soremar, entreprise marocaine de radio-électronique maritime, l'exclusivité de la vente sur le marché local des produits portant la marque "Teaxul". L'accord a été conclu, ces jours-ci, à l'occasion d'une visite de prospection qu'ont effectuée les dirigeants de la société espagnole au Maroc.

Par cet accord, Teaxul cherche, en fait, à conquérir les marchés local et maghrébin. De son côté, Soremar vise à diversifier son activité. Objectif : compenser le manque à gagner enregistré dans son principal créneau, l'appareillage électro-maritime, causé par la crise qui frappe le secteur de la pêche.

Créée en 1985, Teaxul est basée à Vigo, au Nord-Ouest de l'Espagne. Elle dispose d'une unité de fabrication qui emploie une centaine de personnes. De même, elle abrite un laboratoire de recherches sur les systèmes de pesage. Selon M. Xulio César Gonzalez. directeur général de la société, "Teaxul est la seule entreprise en Espagne qui produit des balances électroniques". Ses concurrents, ajoute-t-il, "sont ceux du Marché Commun". Dans le créneau des bascules électroniques, la société espagnole offre une gamme de produits destinés à la navigation, à l'industrie, à l'agro-alimentaire...Teaxul a ainsi mis au point des bascules spécifiquement adaptées aux abattoirs frigorifiques de viande, aux supermarchés, aux port de pêche, aux chaînes de conserverie et aux laboratoires de recherche scientifique. Elle a développé également des systèmes électroniques de pesage des véhicules, des décharges de camions...

Par rapport aux balances mécaniques, les bascules électroniques assurent un pesage "extrêmement précis". Elles présentent en plus l'avantage de "résister à l'agressivité du milieu ambiant". Enfin, elles sont conçues de manière à réaliser des économies d'espace.

La capacité de pesage peut atteindre 200 tonnes suivant la nature de l'activité.

En prospectant le marché marocain, les dirigeants de Teaxul ont constaté que les entreprises sont encore équipées de systèmes mécaniques de pesage. "Nous avons relevé que la plupart des équipements de mesure remontent aux années 70", explique M. Gonzalez. Et d'ajouter: "Le marché marocain reste donc vierge Et dans les marchés vierges, il faut s'introduire".

Cette volonté de conquérir le marché marocain, et dans son sillage, ceux des autres pays du Maghreb, répond en réalité à une stratégie d'expansion de la firme espagnole. Teaxul vise ainsi à réaliser des profits sur des marchés extérieurs pour contrecarrer les effets de la récession économique qui sévit en Europe.

Indice révélateur de cette volonté de percer, Teaxul offre notamment "un process d'adaptation" pour transformer les bascules mécaniques en bascules électroniques. Résultat, les entreprises marocaines visitées ont affiché "un intérêt immédiat pour ce nouveau produit".

Par l'entremise de Soremar, Teaxul s'assure, avant tout, un réseau de distribution assez étoffé. L'entreprise marocaine dispose, en sus de son siège social de Casablanca, de deux succursales : une à Agadir et une autre à Safi.

Sur le créneau de l'appareillage électronique, destiné à la navigation, Soremar couvre 75% des parts du marché. Elle a réalisé en 1992 un CA de 20 millions de DH. Pour M. Noureddine Gnaou, directeur général de la société, "l'accord conclu avec Teaxul s'inscrit dans une politique de diversification amorcée depuis peu par Soremar". Le but de cette diversification est de récupérer le manque à gagner sur le CA causé par le crise qui frappe actuellement le secteur de la pêche maritime. Soremar réalise, en effet, 90% de son CA avec les professionnels de ce secteur, ajoute M. Mohamed El Bidaoui, administrateur au sein de la société. A titre indicatif, M. Gnaou souligne que depuis trois mois, "l'entreprise n'a équipé aucun bateau". Malgré l'atonie de la demande, les dirigeants de Soremar tablent pour 1993 sur une progression de 15% du CA. Car au sein même du créneau de l'appareillage électronique, l'entreprise diversifie son offre notamment par des services d'entretien et de réparation après-vente ainsi que par l'étude et la réalisation d'armoires électriques.

A.Z.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc