×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Balance des paiements en 1992

Par L'Economiste | Edition N°:61 Le 07/01/1993 | Partager

En 1992, et sur la base de données provisoires établies par la Direction du Trésor et des Finances Extérieures, l'activité économique a été marquée par une chute de la croissance, une détérioration du taux de couverture et du déficit commercial et par une légère amélioration des avoirs extérieurs. Le PIB réel à fin 1992 est estimé à 110 milliards de DH contre 113,4 milliards en 1991, soit une baisse de 3%. En 1991, le taux de croissance s'est établi à 5,1%. Le recul, enregistré en 1992, est essentiellement dû au secteur primaire, l'agriculture ayant connu un net retrait en raison des conditions climatiques défavorables.

Le déficit du compte courant de la balance des paiements a été réduit par rapport à son niveau de 1991, s'établissant ainsi à 1,8% du PIB. En 1991 et 1990, ce rapport atteignait respectivement 2,2 et 2,8%. La réduction de ce déficit est attribuable à l'amélioration des recettes touristiques (+41,1% à 12,4 milliards de DH) et à celle des transferts des RME (+7,6% à 18,6 milliards de DH). Les avoirs extérieurs se sont également renforcés pour s'établir à 28,5 milliards de DH à fin 1992, soit près de cinq mois d'importation. Un niveau jugé favorable pour la convertibilité du Dirham. En 1991 et 1990,le montant des avoirs extérieurs s'élevait à 24,4 et 16,6 milliards de DH respectivement, représentant 4,4 et 3,1 mois d'importation. Parallèlement, la dette extérieure, qui représente 74% du PIB et 227,7% des recettes courantes, a augmenté de 2,3% à 183,5 milliards de DH par rapport à 1991. Les charges de cette dette ont en revanche baissé à 27,7 milliards de DH en 1992 au lieu de 29 milliards en 1991 et 32,3 en 1990. Le déficit de la balance commerciale rapporté au PIB s'est par ailleurs détérioré. Estimé à 11,3%en 1992, il n'était que de 9,3% un an plus tôt. Le taux de couverture des importations par les exportations s'est également dégradé, passant de 62,4% en 1991 à 56,2% en 1992. Les importations ont augmenté de 7% à 63,8 milliards de DH par rapport à l'année précédente. Hors pétrole, le taux de progression des importations a atteint 7,2%. L'accroissement du volume des exportations revient principalement à l'augmentation des approvisionnements en produits alimentaires et en biens d'équipement. Pour les premiers, la facture s'est élevée à 1,4 milliard de DH, en hausse de 45,6% par rapport à 1991. Les importations de blé, comparées à l'année 1991, ont, à elles seules, affiché une augmentation de 113,1%, à 2,8 milliards de DH. En 1991 par rapport à 1990, l'évolution des importations de blé avait été négative (-6,8%). Les importations de biens d'équipement, elles, se sont accrues de 15% d'une année à l'autre pour atteindre 18,6 milliards de DH. En 1991, le taux de croissance de ce poste ne représentait que 6,1% relativement à 1990. Les achats de biens de consommation ainsi que les approvisionnements en énergie ont connu les plus faibles augmentations. Les acquisitions de demi-produits et produits bruts ont, quant à elles, fléchi. Les exportations, qui avaient affiché une hausse de 7% en 1991, ont accusé en 1992 un recul de 3,7% à 35,8 milliards de DH. Les exportations hors phosphates et dérivés ont atteint 26,4 milliards de DH. Le recul des exportations a concerné tous les produits à l'exception des produits bruts et finis, qui ont connu des hausses respectives de 5 et 2%. Les ventes à l'étranger de produits alimentaires, boissons et tabacs ont régressé de 11,1% à 9,2 milliards de DH. En 1991, elles atteignaient 10,4 milliards. Dans cette rubrique, ce sont les agrumes qui ont enregistré la plus forte baisse, soit 20,2% à 1,4 milliard de DH contre 1,8 milliard en 1991, en augmentation de 30,2% par rapport à 1990. Les primeurs et les produits de la pêche ont chuté de 7 et 7,3% respectivement. Les exportations de produits miniers ont reculé de 6,1% à cause du fléchissement des ventes de phosphates, et celles des demi-produits de 2,8% en raison de la diminution des exportations d'engrais (-16,6% à 2,7 milliards de DH).

Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc