×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Balance commerciale à fin juillet 1994 : Le déficit frise les 20 milliards de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:156 Le 01/12/1994 | Partager

    Le déficit de la balance commerciale enregistré à fin juillet 1994 s'est creusé de 12,8%. Tirées par les biens d'équipement notamment, les importations ont progressé de 11,8%. Les exportations se sont accrues, elles, de 10,8% sous l'effet, entre autres, des demi-produits.

    Le déficit de la balance commerciale enregistré à fin juillet 1994 s'est aggravé de 12,8% par rapport à la période correspondante de 1993. Il s'est ainsi établi à près de 19,8 milliards de DH contre 17,5 milliards l'année dernière.

    Les importations, exprimées en terme CAF, ont franchi la barre des 40 milliards, soit 11,8% de plus qu'en 1993, et les exportations, évaluées FOB, se sont élevées à 20,2 milliards de DH, en progression de 10,8%. Le taux de couverture des importations par les exportations atteint ainsi 50,6% contre 51% l'an dernier.

    . Représentant 12% des importations globales, les achats de denrées alimentaires ont accusé une baisse de 7,6% à près de 4,8 milliards de DH, et ce en dépit de l'augmentation de la plupart des produits de la rubrique. L'évolution des importations a été en fait déterminée par la diminution des achats en céréales, notamment le blé (-29,2% à 1,38 milliard de DH) et l'orge (-81,5% à 89,1 millions de DH). Parmi les produits qui ont affiché une hausse, il y a lieu de noter le café qui a doublé, passant de 110,9 millions de DH en 1993 à 221,9 millions cette année.

    Les exportations se sont en revanche inscrites en hausse de 12,9% à 5,2 milliards. Cette variation découle de l'augmentation des expéditions de crustacés, mollusques et coquillages (+16,7% à 1,4 milliard de DH), d'agrumes (+10,8% à 890 millions) et de conserves de légumes (+25,7 à 493,1 millions) entre autres.

    . La facture énergétique s'est alourdie de 13% pour s'établir à 6 milliards de DH sous l'effet de l'augmentation des achats de gaz de pétrole (+34,1% à 520,9 millions de DH) et de gaz-oils et fuels (604,9 millions contre 74 millions en 1993). A l'inverse, les approvisionnements en huile brute de pétrole, qui constituent l'essentiel de la facture énergétique, ont reculé de 2,8% à un peu plus de 4 milliards. Les exportations se sont montées à 344,7 millions de DH, soit une chute de 38% imputable à la diminution des ventes à l'étranger de produits pétroliers raffinés (-38,1 à 324 millions de DH).

    . Pour ce qui est des produits bruts d'origine animale et végétale, les approvisionnements ont progressé de 38,3%, passant de 2,4 milliards en 1993 à 3,2 milliards cette année. Cette progression provient des bois bruts (+27,2% à 1 milliard de DH), des huiles végétales brutes (+32,3% à 590,8 millions) et des graines et fruits oléagineux dont la valeur a quadruplé (497 millions). Côté exportations, l'Office des Changes fait état d'une hausse de 35,4% à 800,1 millions de DH.

    . Avec 1 milliard de DH, les achats de produits miniers ont enregistré une hausse de 7,6% entièrement due aux fibres textiles synthétiques (+18,5% à 371,6 millions). Les exportations (hors phosphates) se sont accrues de 35,7% à 772,5 millions, tirées en particulier par le minerai de zinc (+120,4% à 197,9 millions) et le minerai de barium (+22,2% à 70,5 millions).

    . Les échanges de demi-produits ont dégagé un solde négatif de 7,71 milliards de DH. Les importations s'étant chiffrées à 9,2 milliards (+18,1%) et les exportations (hors dérivés de phosphates) à 1,5 milliard (+26,9%). L'amélioration des recettes provient notamment de la vente des fils de coton (+26,4% à 164,7 millions) de l'argent brut (+97,3% à 159,4millions) et des fils de fibres synthétiques et artificielles (+28% à 123,9 millions)

    . Premier groupe de produits à l'import, les biens d'équipement ont grimpé de 12,6% à un peu plus de 10 milliards. Cette augmentation tient tant aux biens d'équipement agricole qu'industriels. Les premiers ont coûté 532,7 millions de DH contre 208,1 en 1993. Les seconds représentent un montant de 10,8 milliards de DH.

    . La hausse des importations de biens finis de consommation (+6,6% à environ 4,3 milliards) résulte principalement des médicaments, (+10,5%), des voitures de tourisme (+18,7%) et des tissus de coton (+14,3%). Avec des exportations de l'ordre de 5,5 milliards (- 4,9%), la balance des biens de consommation a généré un excédent dépassant un milliard de DH.

    H.E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc